Emmanuelle Lainé : Le Plaisir dans la Confusion des Frontières

 date

du 25/11/2014 au 10/01/2015

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Emmanuelle Lainé / Fondation d’entreprise Ricard

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Comme elle l’a déjà fait avec d’autres plasticiens, la Fondation d’Entreprise Ricard offre une monographie à un artiste repéré dans des expositions collectives présentées dans ce même lieu, et notamment lors du Prix annuel de la Fondation. Ainsi avions-nous pu relever, il y a six ans, les étranges sculptures d’Emmanuelle Lainé qui revient donc dans cet espace pour l’investir complètement et nous présenter le résultat d’un aménagement de trois semaines dans les volumes de la Fondation.

JPEG - 96.3 ko
Vue de l’exposition

Mobilier (chaises, fauteuils), plâtre, gravier, argile ou peinture ont alors été récupérés ici ou là pour agrémenter les salles et donner l’impression que le lieu a été habité, puis ravagé. De grandes photographies ont été prises, puis reproduites en taille réelle et collées sur les murs de la Fondation. L’effet miroir et l’impression de mise en abyme qui en résulte donne un aspect vertigineusement profond à l’ensemble tandis que le spectateur peut également s’amuser à chercher les différences entre l’espace pris en photo et celui dans lequel il évolue. Tel un enquêteur sur une scène de crime, naviguant au milieu d’un bric-à-brac, il pourra alors observer que manquent trois grands masques (façon loups de bal costumé) qui, sur les épreuves d’André Morin, étaient accrochés en majesté mais ont, en réalité, disparus.

L’imagination peut, par conséquent, conduire à les désigner comme responsables, sinon coupables, du désordre et du fatras du lieu ou alors à s’interroger sur la volonté d’Emmanuelle Lainé, et de sa commissaire, Sophie Von Offers, de les soustraire au regard du visiteur. Plutôt absconse et désordonnée en apparence, l’exposition de la Française tisse ainsi quelques pistes narratives roboratives.

François Bousquet
le 06/01/2015

À lire également

du 06/03/2007 au 13/04/2007
Re-trait
(Fondation d’entreprise)
du 07/06/2011 au 09/07/2011
Rituels.
(Fondation d’entreprise)
du 15/09/2015 au 31/10/2015
L’Ordre des Lucioles
(Fondation d’entreprise)
du 06/03/2012 au 31/03/2012
Vittorio Santoro : (...)
(Fondation d’entreprise)