Frank Condon

Purity Hall

(Runningonair Music / Internet)

 date de sortie

02/04/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone

 appréciation

 tags

Ambient / Drone / Franck Condon / Runningonair Music

 liens

Runningonair Music
Franck Condon

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Franck Condon est un pseudo derrière lequel se cache le Belge Wim Dehaen, actuellement étudiant en chimie en République Tchèque. Ce sont justement ces études de chimie qui ont inspiré le jeune Belge puisque les cinq titres qui composent l’album s’appuient sur un semestre de cours théoriques sur des sujets tels que la chimie des polymères ou les biomacromolécules. Purity Hall est son premier album après s’être produit en concert et avoir travaillé pour des installations.

Sa musique est le fruit de nombreuses manipulations mathématiques, tendant à multiplier et superposer les fréquences sonores, produisant de fait une ambient-drone dans la plus pure tradition du genre. Mais à vrai dire, à l’écoute du morceau titre qui ouvre l’album, on n’était pas bien sûr de parler de ce disque, ce qui aurait été une première pour une production RunningOnAir. Cette première piste se révèle être assez classique avec ses nappes lumineuses, ses boucles qui s’enchaînent, se relaient sans cesse au point de devenir plutôt soporifique.
C’est peut-être ce son ultra limpide et cristallin qui nous fatigue un peu alors que la suite de l’album pourra paraître plus grave. S’il s’agit toujours d’une ambient aux nappes dense, Kristalveld dévoile immédiatement des boucles rapides qui nous font penser à Biosphere, comme des orgues feutrés qui se diluent progressivement en une masse à la fois imposante et flottante.

L’album se compose de 5 pièces d’une durée moyenne de 12-13 minutes, de longues divagations qui dans les morceaux suivants se font un peu plus variées, à l’image de ce Deceptive Simplicity qui débute sur des orgues aérés devenant petit à petit feutrés et virevoltants, comme une tempête sonore, mélodique et minimale dans ses derniers instants. Cet aspect mélodique est effectivement plus présent sur les derniers titres et en particulier sur Umpolung qui obtiendra certainement notre préférence avec ses boucles diffuses mais hypnotiques.
On terminera avec les 15mn de Equilibrium Unfolding qui se distingue de par sa construction. Débutant par des boucles impalpables aux tonalités ondulantes, la pièce se transforme à mi parcours alors que les nappes deviennent linéaires, que le son devient plus aride, formant un drone d’orgues vengeurs.

Un premier album que l’on ne trouvera pas parfait, mais prometteur. Pour un son un peu différent, parfois plus riche, on vous conseillera également d’aller fouiller le compte Soundcloud de l’artiste.

Fabrice ALLARD
le 13/01/2015

À lire également

Guy Birkin
Tintinnabuli Mathematica - Vol. I
(Runningonair Music)
Regolith
And...
(Runningonair Music)
Joe Evans
Ecliptic Plane
(Runningonair Music)
Joe Evans
Affected Piano
(Runningonair Music)