Springintgut & FS Blumm

The Bird And White Noise

(Pingipung / Import)

 date de sortie

02/11/2014

 genre

Rock

 style

Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / F.S. Blumm / Pingipung / Springintgut

 liens

F.S. Blumm
Springintgut
Pingipung

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

La genèse de The Bird And White Noise est volontiers racontée par ses deux auteurs : conduits à réaliser une tournée en commun (on se souvient que chacun des deux Allemands a participé à un ou plusieurs albums de l’autre), Springintgut et FS Blumm ont décidé d’écrire un morceau en commun, afin de le produire en rappel de leurs prestations. Rapidement, la bonne entente aidant, d’un titre, ils sont passés à dix-sept, pouvant alors concocter un véritable long-format. S’y croisent alors le violoncelle du premier et la guitare acoustique du second, entourés d’autres apports instrumentaux opérant dans le même registre acoustique et délicat : métallophone, clochettes, triangle, percussions sèches.

Historie de densifier un peu le propos, quelques éléments rythmiques sont également convoqués, principalement acoustiques aussi, mais pouvant, parfois, se faire électroniques (Anders Malmö, Schleifling). Ces apports aident à livrer des pièces plutôt courtes, assez enlevées et marquées par une forme de spontanéité légèrement primesautière qui, rarement, laisse place à une atmosphère plus tendue quand la guitare de FS Blumm s’électrise (Federn Kegeln). De son côté, Andreas Otto sait utiliser son violoncelle de plusieurs façons, notamment percussives, et se placer alors parfaitement aux côtés de celui qu’il avait déjà côtoyé par le passé.

François Bousquet
le 22/01/2015

À lire également

Kinn
Karlshorst
(Audio Dregs)
F.S. Blumm
Zweite Meer
(Morr Music)
Springintgut
Park and Ride
(City Centre Offices)
Taunus
Harriet
(Ahornfelder)