Andrea Belfi

Natura Morta

(Miasmah / Import)

 date de sortie

07/11/2014

 genre

Rock

 style

Expérimental / Improvisation

 appréciation

 tags

Andrea Belfi / Expérimental / Improvisation / Miasmah

 liens

Miasmah
Andrea Belfi

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Alors que sur Wege, précédent album de l’Italien, Andrea Belfi avait convié plusieurs camarades pour opérer à ses côtés, il se trouve seul aux commandes de Natura Morta, long-format publié sur Miasmah, structure probablement plus à même d’accueillir ce disque. De fait, la conjonction du travail percussif du transalpin et d’interventions de nappes et vagues de synthé conduit à mettre en place un ensemble sombre et torturé comme l’affectionne régulièrement le label d’Erik K. Skodvin. Constitué de six morceaux de durée variable (de trois à dix minutes) pour un total dépassant tout juste la demi-heure, Natura Morta module également ses effets sonores, oscillant entre plages plus longues et lancinantes et moments de tension quand la batterie se fait plus nerveuse (la fin de Forme Creano Oggetti).

Proche de l’improvisation en apparence et pleinement homogène (l’écoute ne permet pas réellement de distinguer le passage d’un titre à l’autre), l’album frise par moments une forme de complaisance un peu paresseuse, lorsque Belfi étire un morceau sans véritablement y proposer d’évolution (la deuxième tiers de Su Linee Rette, avant que quelques crépitations électroniques et roulements de toms ne viennent relancer l’intérêt). Ce constat conduit à considérer Natura Morta, album solo sortant entre plusieurs projets autres (notamment ses trios avec David Grubbs et Stefano Pilia, d’une part, et Erik K. Skodvin et Aidan Baker, d’autre part) comme une forme de témoignage qu’il ne laisse pas de côté sa carrière personnelle, même si cet effort-ci n’est pas son plus marquant.

François Bousquet
le 06/02/2015

À lire également

Simon Scott
Bunny
(Miasmah)
V/A
Silva
(Miasmah)
Andrea Belfi & Ignaz Schick
The Myth Of Persistence Of Vision Revisited
(Zarek)