Matter

Biorhexistasy

(Kvitnu / Import)

 date de sortie

17/04/2013

 genre

Electronique

 style

Industriel / Noise / Techno

 appréciation

 tags

Industriel / Kvitnu / Matter / Noise / Techno

 liens

Kvitnu
Matter

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Matter est le projet de l’italien Fabrizio Matrone, également connu sous le nom de Heidseck. C’est la première fois que l’on parle de cet artiste mais il avait déjà sorti un mini album chez Kvitnu en 2012 dans le cadre d’une série de productions plus courtes et essentiellement diffusées en numérique. Fabrizio Matrone commence par jouer de la guitare dans divers groupes et change de direction dans le courant des années 90. Il enregistre quelques productions sous différents pseudos et c’est en 2007 que nait Matter avec des productions orientées rhythmic noise.

Comme le titre l’indique, l’album de l’Italien s’appuie sur la biorhexistasie, une théorie qui cherche à expliquer les cycles de formation et destruction des sols. Elle n’est bien sûr ici que métaphorique (même si on peut voir dans la pochette de Zavoloka une illustration au sens propre) et ne sert qu’à illustrer le fait que tout état stable est en fait là pour faire apparaître une nouvelle phase de changement, de mutation.
En fait on balayera bien vite tout ce discours théorique visant à donner du corps à l’album et à trouver des titres aux neuf pièces qui le composent via un vocabulaire faisant référence à cette théorie. Tout commence donc avec Surface, ses quelques textures granuleuses, ses souffles et ses pulsations de basses grondantes.

À partir de Layers, les rythmiques classiques du genre, lourdes, sèches et au tempo mesuré, commencent à sévir. Les influences électro-indus sont évidentes, que ce soit dans ce parti pris rythmique ou cette tentative mélodique à base de crissements arides et nasillards. Il se dégage naturellement de ces pièces, essentiellement rythmiques, un certain minimalisme, tout juste habillé de quelques crissements, roulements de basses (Phases), ou sirènes d’alarme (Biostasy). On pense alors à une sorte de Pan Sonic amorphe et systématique qui finira par se réveiller avec des titres tels que Exposure ou le caudal Grain aux constructions un peu plus complexes, plus en relief et un peu plus tendues.
Du coup les deux titres qui retiennent notre attention sont aussi ceux qui sortent du genre, usant du même type de sonorités mais en jouant sur l’ambiance tel que l’arythmique Dominance, entre musique concrète, ambient et indus, ou le superbe Sub Soil qui mêle avec une finesse inattendue abstractions rythmiques, chuintements et autres micro-sonorités cliquetantes.

Alors que l’on partait sur un a priori positif fondé sur une confiance aveugle au label Kvitnu, nous voici un peu plus retenu sur cette production qui devrait avant tout faire effet en live ou club. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si cet album ne sort qu’en vinyle...

Fabrice ALLARD
le 03/02/2015

À lire également

Dunaewsky69
Xquisite.Xcerpt.
(Kvitnu)
Zavoloka
Viter
(Kvitnu)
Kotra
Reset
(Kvitnu)
Plaster
Platforms
(Kvitnu)