Julie Béna : Destiny

 date

du 05/02/2015 au 28/03/2015

 salle

Galerie Édouard Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Galerie Édouard Manet / Julie Béna

 dans la même rubrique
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)

Une nouvelle fois, la Galerie Édouard Manet nous présente une exposition d’un artiste dont le nom ne nous était pas inconnu, pour l’avoir vu apparaître à plusieurs reprises, mais dont nous n’avions jamais encore pris connaissance du travail. Cette démarche défricheuse, pour louable qu’elle soit, peut néanmoins conduire à alterner véritables découvertes et propositions moins emballantes car s’inscrivant dans une lignée trop évidente ou sur des chemins déjà trop parcourus.

JPEG - 21.7 ko
Destiny
(courtesy galerie Edouard Manet)

C’est un peu le cas de Julie Béna qui, avec ses quatre œuvres (une par salle de l’espace municipal de Gennevilliers), s’attache principalement au mobilier, et plus généralement à l’esthétique, de bureau : moquette siglée, néons éclairant, tables transparentes aux pieds en acier, cloisons mobiles. Pourtant, à y regarder plus précisément, quelque chose cloche et les éléments ne semblent pas aussi fonctionnels qu’ils n’y paraissent : les tiroirs sous les tables sont trop peu larges pour accueillir des claviers d’ordinateurs, les structures rondes pivotent à l’envers, les cloisons séparatrices sont recouvertes de lettres adhésives…

JPEG - 31.3 ko
Opportunity
(courtesy galerie Edouard Manet)

Jouant ainsi sur le détournement et le léger décalage, la Française insère des micro-indices contestataires dans un ensemble extrêmement normé, permettant à chacun d’imaginer ce que pourrait être un moyen de briser le moule de cette « esthétique corporate » auquel le commissaire d’exposition fait allusion.

François Bousquet
le 05/03/2015

À lire également

du 10/04/2014 au 07/06/2014
Vincent Ganivet / Diogo
(Galerie Édouard Manet)
du 15/03/2012 au 12/05/2012
Derelict : Farah Atassi
(Galerie Édouard Manet)
du 14/02/2013 au 13/04/2013
Antoine Dorotte : Forte
(Galerie Édouard Manet)
du 02/10/2008 au 08/11/2008
Bruno Peinado : Suicidal
(Galerie Édouard Manet)