Nommo Ogo

Endless Dream

(Record Label Records / Internet)

 date de sortie

15/04/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electro / Krautrock

 appréciation

 tags

Ambient / Electro / Krautrock / Nommo Ogo / Record Label Records

 liens

Record Label Records
Nommo Ogo

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

C’est en 2010 que l’on découvrait Nommo Ogo avec l’album Across Time and Space chroniqué sur ces pages. Silence radio depuis, aussi c’est avec plaisir que l’on revient sur ce projet qui sort des sentiers battus, alliant boucles électroniques krautrock et constructions psychédéliques pour un résultat à la fois expérimental, plaisant et accessible.

On a tout de suite l’impression de retrouver le Nommo Ogo que l’on découvrait trois ans plus tôt avec un In The Inbetween composé de nappes électroniques vintages, tournoyantes et de pulsations de basses qui donnent le tempo. Jusqu’à l’arrivée de cette voix, inattendue, grave, sombre, parfois robotique, que l’on croirait sortie d’une production électro-indus. Le résultat est efficace, plutôt mécanique et accrocheur pour peu que l’on soit sensible à ce type de sonorités.
Comme sur leur précédent album, le groupe peut aborder les choses de diverses manières et opte pour un style plus ambient avec Ee Ja Nai Ka. Une ambient douce et lumineuse, très répétitive afin de rendre la pièce hypnotique, aidée en cela par l’apparition progressive de percussions tribales et d’un chant que l’on qualifiera plutôt de cris et incantations guerrières, inspirés du mouvement protestataire japonais de la fin des années 60. Un excellent morceau que l’on finira d’écouter en dodelinant.

L’album est construit de façon symétrique avec sur chaque disque une face A d’une douzaine de minutes, puis en face B deux titres de 9 et 4-5mn. Aussi le style est adapté à la durée et les 4mn de The Ancient Ones se font tendues, avec une électro punchy et robotique qui pourra rappeler par endroit le Radioactivity de Kraftwerk. _Deuxième disque, on repart dans des circonvolutions psych-électroniques avec un Silver Ships aux accents world, arabisants, et un chant un peu maniéré qui nous fait penser aux Legendary Pink Dots. Le son est toujours très brut, on reconnait les boites à rythme, quelques envolées acides, mais Nommo Ogo parvient à en sortir quelque chose de différent.
On pourra peut-être trouver que Awaken tourne un peu en rond, accompagné de sa voix triturée monocorde, sombre et fataliste ou que Narwhal est assez anecdotique avec son électro douce et ronde mais il conclut de façon pertinente un album contrasté, joliment mené et fort plaisant.

Fabrice ALLARD
le 16/02/2015

À lire également

Tomoroh Hidari
Also Spoke Zerothruster EP
(Record Label Records)
V/A
Drinking the Goat’s Blood
(Record Label Records)
Kush Arora
Boiling Over
(Record Label Records)
Mike Dunkley
Corpus Clock
(Record Label Records)