Histoires condansées

 chorégraphe

Foofwa d’Immobilité

 date

du 18/03/2015 au 20/03/2015

 salle

Centre National de la Danse,
Pantin

 appréciation
 tags

Centre National de la Danse / Foofwa d’Immobilité

 liens

Centre National de la Danse
Foofwa d’Immobilité

 dans la même rubrique
05/08/2016 et 06/08/2016
Beats
(Square des Amandiers)
01/08/2016
Bataille
(Parc de la Butte du Chapeau Rouge)
15/04/2016
L’Homme aux Cent Yeux (La Grande Revue)
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
03/02/2016 et 04/02/2016
La Chaise Humaine
(Auditorium St Germain des Prés)

Si les spectacles à vocation pédagogique constituent un genre assez périlleux, ils peuvent également être l’occasion d’appréhender de manière un peu décalée un historique parfois sentencieux et dogmatique. Avec Histoires condansées, Foofwa d’Immobilité se situe pleinement dans cette logique puisqu’il ambitionne, pendant les deux heures du spectacle, de revenir sur l’histoire de la danse. Après être rapidement remonté à l’Antiquité et aux danses classiques (les cours royales de l’Ancien régime, le ballet), il s’attarde sur la danse moderne en convoquant l’évocation de quelques grandes figures (Isadora Duncan, Vaslav Nijinski, Martha Graham, Merce Cunningham) puis en vient au post-modernisme (Lucinda Childs) et à la danse contemporaine (Pina Bausch).

Dans un dispositif tenant davantage de la conférence, voire du one-man show (seul en scène, éclairé par deux techniciens présents au bord du plateau, micro tour de cou, déplacements incessants, plateau nu), le Suisse incarne successivement une demi-douzaine de personnages, recréant, au fur et à mesure de sa chronologie, quelques passages dansés célèbres (Le Sacre du Printemps, Café Müller…). Techniquement très tenus (la variété des registres est impressionnante, il interprète la musique en même temps que la danse), ces mini-soli lui permettent d’exemplifier sa narration et de densifier un propos qui aurait pu, sans cela, s’éloigner un peu trop du geste chorégraphique.

Dans ses exposés, Foofwa d’Immobilité sait également se faire tour à tour très ludique (ruptures de rythme, langage familier, appel à la participation du public pour recréer l’ambiance bouillonnante de la première du Sacre au Théâtre du Châtelet) ou plus docte, lorsqu’il recontextualise historiquement chaque évolution stylistique : révolution industrielle, changements sociaux et sociétaux, féminisme, développement des moyens de locomotion… Avec ce spectacle accessible et réjouissant, il peut aussi s’adapter à son public et, comme le soir où nous l’avons vu, insister sur son aspect performatif quand la salle est majoritairement composée de scolaires.

François Bousquet
le 23/03/2015

À lire également

du 27/10/2010 au 29/10/2010
Score
(Centre National de (...))
du 28/11/2012 au 30/11/2012
Rings
(Centre National de (...))
du 21/02/2012 au 23/02/2012
Apparemment, ce qui (...)
(Centre National de (...))
du 09/01/2013 au 11/01/2013
Jetuilnousvousils
(Centre National de (...))