Schitz

 auteur

Hanokh Levin

 metteur en scène

David Strosberg

 date

du 24/03/2015 au 16/04/2015

 salle

Théâtre de la Bastille,
Paris

 appréciation
 tags

Hanokh Levin / Théâtre de la Bastille

 liens

Théâtre de la Bastille

 dans la même rubrique
du 25/04/2017 au 28/05/2017
Les Peintres au Charbon
(Théâtre 13)
du 21/04/2017 au 26/04/2017
Alors, est-ce que c’est là ?
(Théâtre de Gennevilliers)
du 02/02/2017 au 29/04/2017
Un Air de Famille
(Théâtre de la Porte Saint-Martin)
du 21/03/2017 au 01/04/2017
Le Pas Grand Chose
(Théâtre Monfort)

Nous sommes régulièrement peu tendres avec le théâtre quand il s’égare dans le grand-guignol ou la débauche de paroles crues. Pour autant, cette forme d’écriture peut s’avérer fort réjouissante et tout à fait loufoque, comme en témoigne la mise en scène de Schitz, pièce d’Hanokh Levin créée par une troupe néerlandaise, jouant en français. Alors que Schitz et sa femme désespèrent de voir leur fille, trentenaire, se marier et quitter le domicile parental, cette dernière croise enfin un jeune homme prêt à l’épouser, à condition que Schitz se déleste d’une partie de sa fortune et de ses biens.

Féroce, farcesque, vulgaire, outrancier, excessif, hyperbolique, toujours à la limite, le texte de Levin pourrait déranger ou paraître se moquer de ses personnages, mais, en vérité, il se fait particulièrement drôle et réjouissant de cruauté et de cynisme. Un passage comme la négociation du trousseau de la mariée se montre, à ce titre, hilarant : chantage affectif, mesquinerie réciproque de Schitz et du prétendant, petitesse des arguments, pingrerie, arrivisme et coups bas sont convoqués dans leur échange, tandis que la jeune femme supplie son père de lâcher quelques devises supplémentaires. En effet, dans la famille imaginée par Levin, tout se négocie, de l’amour à l’affection, en passant par la vie, la mort, le célibat et la mise en couple. Dans le même mouvement, les personnages souhaitent capitaliser sur tout, que ce soit Schitz avec le sommeil et le repos, ou bien le jeune homme qui profite de la guerre et des morts pour, effrontément, faire prospérer ses affaires.

Même si la mise en scène de David Strosberg a la volonté de ne pas trop surligner le propos (décor sobre, peu d’effets scénographiques), la direction d’acteurs les conduit à forcer le trait et en faire régulièrement des tonnes. Néanmoins, et bien qu’encore une fois, il ne s’agisse pas de notre genre de prédilection, l’ensemble fonctionne parfaitement et la mécanique tient impeccablement, entrecoupée de chansons (le jeune homme se mettant à la guitare, au cor, à l’accordéon ou au cajón). Difficilement localisable (Paris est évoqué, mais la « lire » est la monnaie échangée et l’armée omniprésente), l’action pourrait aussi bien se dérouler en France qu’en Italie ou Israël puisqu’assurément, les caractères ainsi croqués se révèlent être universels.

François Bousquet
le 07/04/2015

À lire également

du 19/09/2005 au 21/10/2005
Le Libera
(Théâtre de la Bastille)
du 23/10/2002 au 09/11/2002
Le Tas
(Théâtre de la Bastille)
du 01/06/2010 au 11/06/2010
Une Anthologie de l’Optim
(Théâtre de la Bastille)
du 21/04/2006 au 21/05/2006
L’Art de la Comédie
(Théâtre de la Bastille)