Tilia

 date du concert

03/04/2015

 salle

Blockhaus DY10,
Nantes

 tags

Blockhaus DY10 / set/30’ / Tilia

 liens

Tilia
set/30’

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Active depuis 1996, la structure set/30’ propose des concerts, plusieurs fois par mois, dans les locaux du Blockhaus DY10 (véritable blockhaus situé à proximité des Machines de l’île de Nantes). La durée de chaque prestation (environ 30 minutes, comme le nom de l’organisateur l’indique) et le lieu invitent naturellement à des expérimentations diverses, que le Bandcamp de set/30’ retrace ensuite, en offrant en libre écoute la captation du live.

Quelques semaines après un passage en solo dans ces mêmes murs, Florian Tositti était de retour au Blockhaus DY10 pour un duo formé avec Raphaël Ilias. Annoncé comme une « performance acousmatique », leur set avait pour point de départ l’enregistrement de la vibration d’éléments métalliques sur une caisse claire, comme si l’instrument jouait tout seul, sans intervention humaine (ce projet est ainsi appelé Dreammer, jeu de mot entre « drummer » et « dreamer »). Or, ce soir-là, il s’agissait, pour la trentaine de personnes présente, d’être uniquement face à la retranscription sonore de ce travail. Aussi, l’absence de visuel (seuls les deux compères, assis au sol derrière leurs laptops et séquenceurs) fit qu’on perdit assurément par rapport à ce qu’on aurait pu imaginer.

Musicalement, les sonorités aiguës étaient majoritaires, en raison de leur origine métallique, semblables à un bruit de perceuse. Pour autant, à deux reprises, une basse bien grésillante fut sollicitée, apport bienvenu d’une tonalité plus grave. Pour le reste, Tilia (nom du duo, mot-valise formé avec les deux noms de familles) superposait les couches, jouait sur le flux et le reflux, flirtait avec les larsens, avant d’espacer, vers la fin, les vibrations en réduisant la fréquence de diffusion. L’impression de se trouver en présence de tapotements et battements, ou bien, face à un roulement de crécelle, se fit alors plus forte, venant introduire une touche plus humaine dans une prestation non uniquement commandée par les instruments, donc.

François Bousquet
le 13/04/2015

À lire également

Tilia
Vous rêvez / Vous ne rêvez pas
(Crónica Electronica)