Le Fil Rouge

 date

du 06/02/2015 au 03/05/2015

 salle

Espace culturel Louis Vuitton,
Paris

 appréciation
 tags

Espace culturel Louis Vuitton / Fred Sandback / Isa Melsheimer

 liens

Espace culturel Louis Vuitton

 dans la même rubrique
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)

Avec l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton, au cœur du Bois de Boulogne, on craignait que l’Espace culturel de la même marque de maroquinerie, sis en haut des Champs-Élysées, ne fût amené à progressivement disparaître ou, a minima, à voir sa voilure très réduite. Heureusement, il n’en est rien (en tout cas, pour le moment) et l’Espace parisien s’est même rapproché de ses homologues munichois et tokyoïte pour monter l’exposition Le Fil Rouge, programme permettant à huit plasticiens de proposer sa propre interprétation du « fil », vu comme matière et support de création.

JPEG - 61.2 ko
Fred Sandback - Untitled (Sculptural Study, Five-part Freestanding Piece)
(courtesy Espace culturel Louis Vuitton)

À Paris, ce sont quatre intervenants qui opèrent, dont trois avec des œuvres spécialement conçues pour l’occasion : vidéo, sculpture ou installation in situ. À ce titre, la proposition de Chiharu Shiota impressionne : entremêlement de fils noirs, dessinant une forme entre forêt sombre et corridor sans fin, Infinity est également agrémenté d’ampoules s’allumant et s’éteignant doucement, comme un rythme cardiaque au ralenti. Entre pulsion de vie et avancée dans les ténèbres, la pièce du Japonais séduit par son caractère immersif. Toute aussi pertinente, la suite de fils tendus de Fred Sandback joue sur la volonté de l’États-unien de sculpter l’espace, traçant des lignes noires verticales, réalisant des pans coupés excavés et parvenant à séparer, par du vide, deux côtés de la salle.

Avec ses touchantes marionnettes (manipulées, et non « à fil » comme on aurait pu l’imaginer), la vidéo d’Hans Op de Beeck crée une station dans le parcours qui s’achève avec deux espaces dédiés à Isa Melsheimer qui a réalisé des paraboloïdes hyperboliques, soit une ligne courbe constituée de lignes droites. Cependant, les conditions de monstration de cet Hyperboloïde III (salles aux vitres non opacifiées, murs et sols clairs) empêchent de pleinement apprécier ces compositions de fils rendus quasi-invisibles.

François Bousquet
le 29/04/2015

À lire également

du 01/10/2010 au 09/01/2011
Qui es-tu Peter ?
(Espace culturel Louis)
du 07/02/2014 au 11/05/2014
Astralis
(Espace culturel Louis)
du 4/2/2009 au 29/3/2009
Le Travail de Rivière
(Crédac)
du 23/03/2012 au 20/05/2012
Autobiographies
(Espace culturel Louis)