The 4 Gentlemen of The Guitar : O. Ambarchi + C. Fennesz + T. Nakamura + K. Rowe

 date du concert

07/06/2004

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

Fennesz / Instants Chavirés / Keith Rowe / Oren Ambarchi / Toshimaru Nakamura

 liens

Oren Ambarchi
Toshimaru Nakamura
Fennesz
Instants Chavirés

 dans la même rubrique
14/11/2019
Automatisme / Lacustre
(Vent Se Lève)
10/11/2019
Week-end Islande : Hugar / Ólafur Arnalds
(Philharmonie de Paris)

Voilà une rencontre bien intéressante que ce quatuor regroupant quelques figures incontournables des musiques nouvelles. C’est apparemment sous l’initiative de Keith Rowe que cette affiche a vu le jour, celui-ci étant un pilier de la scène électronique improvisé avec Thomas Lehn. Avec lui jouaient donc Christian Fennesz que l’on n’a plus besoin de présenter ici, l’australien Oren Ambarchi dont on a parlé il y a quelques mois avec une chronique de l’album de Sun dont il fait partie, et Toshimaru Nakamura que l’on connaît un peu moins mais que nous avions déjà pu voir aux Instants Chavirés avec Sachiko M, les deux musiciens étant connus pour se produire à la table de mixage sans entrées, et au sampler sans samples.

On se demandait bien ce que pouvait donner ce genre d’affiche avec des artistes a priori d’horizons très variés, regroupés ici avec pour seul instrument une guitare. C’était certes un a priori, en grande partie fondé sur le fait que l’on venait principalement pour Fennesz, et qu’on ne le connaissait pas dans ce genre de configuration, et aussi proche de cette scène électronique improvisée. Mais une fois dans la salle, on se rendait bien vite compte que l’on pouvait tout de suite mettre nos a priori de côté. Une grande table recouverte de multiples machines, des guitares préparées, et même le laptop de l’autrichien.
Le concert débute vers 21h15 avec d’abord un trio puisqu’Oren Ambarchi n’a pas encore pris place. Ca commence tout doucement par un sifflement aigu, à peine audible, et le public continue à discuter. Puis c’est un grave ronronnement qui fait son apparition. On aura du mal à cerner la part de chaque musicien dans le résultat final, notamment pour Keith Rowe et Toshimaru Nakamura avec leur guitare posées sur une table devant eux, et une pile de machines devant le japonais. Mais bientôt on remarquera quelques nappes de guitares jouées par Fennesz, et un peu plus tard quelques lentes notes de la part d’Oren Ambarchi. L’ensemble est extrêmement calme, une sorte de musique ambient bercée par des nappes, des souffles, des chuintements, et ponctuée de petits clicks. Le mélange était un vrai régal, et ce set d’une grosse demi-heure fut un véritable enchantement.

On aura malheureusement un peu plus de mal avec la seconde partie à l’ambiance complètement différente. Ce fut un florilège de sonorités dans l’ensemble agressives : sifflements suraigus, larsens, crépitements, ronronnement d’un ventilateur dont les pales iront jusqu’à frapper un micro. On ne sentira pas non plus de réelle construction, et cette deuxième partie dut une suite de passages nerveux et de courts intermèdes plus posés. Peut-être que les 4 musiciens étaient moins dedans eux aussi ce qui est tout de suite sensible lors d’improvisations.
Ce deuxième set ne vint toutefois pas ternir l’impression générale de cette soirée, fort intéressante.

Fabrice ALLARD
le 09/06/2004

À lire également

Yoshihide / Sachiko M / Rowe / Ambarchi / (...)
Thumb
(Grob)
07/05/2006
Spire : C. Fennesz / (...)
(Cathédrale St-Michel-et-Gu)
14/09/2007
Fennesz + Charles Atlas
(Centre Pompidou)