Marsen Jules

The Empire Of Silence

(Oktaf / Import)

 date de sortie

13/03/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Marsen Jules / Oktaf

 liens

Marsen Jules
Oktaf

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Puisque, depuis 2013, il enchaîne les sorties de manière très rapprochée, Marsen Jules semble avoir fait le choix de présenter, à chaque fois, une forme de disque-concept : témoignage d’une résidence à Lisbonne, sortie d’une période au GRM et, à présent, disque conçu autour de la neige et des paysages de glace. Le visuel de pochette et le titre de l’album nous mettaient déjà sur cette voie, que les intitulés des huit morceaux de The Empire Of Silence viennent confirmer, chacun reprenant une des dénominations de la neige en langage inuit.

Un rien évident, voire facile, ce raccordement à l’immensité des territoires nordiques apparaît comme un stéréotype, un poncif presque pour qui s’adonne, comme l’Allemand, à de l’ambient faite de successions de couches superposées et opérant en flux et reflux. C’est donc avec regrets (compte tenu de l’estime en laquelle on tient Martin Juhls) qu’on se trouve contraint de solliciter à nouveau le terme de « paresse », déjà usité pour ses deux précédentes publications.

Ne soyons pas trop négatifs ou trop désobligeants, néanmoins, puisque l’Allemand parvient toujours à illuminer un morceau, par la présence de plages plus scintillantes (Kayi), ou à travailler efficacement sur la durée (les neuf minutes de Katiyana ou les douze de Chahatlin). En vérité, plutôt que de sévérité ou de dureté vis-à-vis de Marsen Jules, c’est plutôt d’exigence que nous faisons montre, eu égard au travail de qualité dont il peut être capable. Reste peut-être à espacer ses sorties et à quitter le schématisme des disques narratifs.

François Bousquet
le 03/06/2015

À lire également

Denzel + Huhn
Brom
(Oktaf)
Marsen Jules
Golden
(Genesungwerk)
Marsen Jules
Herbstlaub
(City Centre Offices)
V/A
15 Shades of White
(Dronarivm)