Colleen

Captain Of None

(Thrill Jockey / Differ-ant)

 date de sortie

07/04/2015

 genre

Rock

 style

Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / Colleen / Thrill Jockey

 liens

Colleen
Thrill Jockey

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Nouveau changement de label pour Colleen qui, avec ce cinquième album, se voit hébergée chez Thrill Jockey, structure à laquelle on ne l’aurait pas forcément associée spontanément mais qui, en vérité, se révèle assez bien adaptée pour accueillir la musique de la Française. Si on sait, depuis plusieurs disques, qu’elle a abandonné les boucles électroniques de ses toutes premières sorties (elle n’en est pas encore à renier ces parutions, mais, musicalement, cela n’a plus rien à voir), Colleen développe de plus en plus un propos acoustique, faisant appel à des instruments issus du baroque ou, cette fois-ci, en se concentrant sur le dessus de sa viole.

Dans le même temps, son chant se déploie également, convoqué sur la grande majorité des morceaux, avec un timbre à la fois plus assuré et plus clair que dans notre souvenir. La superposition des pistes vocales aidant, on se trouve alors face à un ensemble que la jeune femme reconnaît avoir puisé dans la musique jamaïcaine (les percussions de This Hammer Breaks, les effets d’Eclipse) ou africaine. Dans cette même logique, la répétition des mêmes phrases de texte accrédite le sentiment d’être en présence d’une forme de mantra sonore, agissant progressivement, s’inscrivant en nous de manière irrémédiable et définitive, misant sur le fait qu’à force, le lâcher-prise l’emportera (le morceau-titre, placé en fin d’album est, à ce titre, tout à fait représentatif).

Le traitement et le sampling faisant leur office, tout comme la réverbération sur les cordes de la viole, on pourrait aussi tracer des ponts vers une certaine forme de dub acoustique. Au total, l’album fait montre de davantage de corps que ses récents long-formats, Cécile Schott semblant avoir mieux réussi l’alliance entre ses différents matériaux et paraissant, à présent, parfaitement dominer et maîtriser ses instruments. Stabilisée, par ailleurs, dans ses conditions d’enregistrement (un ancien magasin d’olives, à San Sebastián où elle s’est installée), Colleen trouve, avec ce Captain Of None, le bon équilibre.

François Bousquet
le 25/06/2015

À lire également

14/12/2007
Scope #1 : Hervé Boghossia
(Instants Chavirés)
23/10/2002
Infamous Labels #27 (...)
(Batofar)
16/09/2003
Colleen - Hervé Boghossian
(Project 101)
Radian
Rec.Extern
(Thrill Jockey)