James Welburn

Hold

(Miasmah / Import)

 date de sortie

08/05/2015

 genre

Rock

 style

Drone / Doom

 appréciation

 tags

Doom / Drone / James Welburn / Miasmah

 liens

Miasmah

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Ces pages l’ont tellement répété qu’on n’aurait presque plus besoin de formuler à nouveau cette antienne : Miasmah est un label qui se spécialise presqu’exclusivement dans une musique sombre et torturée. Souvent électroniques, faites de nappes et textures opaques, les propositions de la structure norvégienne peuvent également venir du rock, à l’image du premier album de James Welburn, adepte de guitares noise triturées et accompagné, sur ce long-format, par Tony Buck, batteur de The Necks.

La rencontre des deux musiciens produit une sorte de magma dense et plombé, dans lequel les coups sourds de batterie soutiennent (ou lestent, c’est selon) les interventions de Welburn. Armé de ses instruments, ce dernier joue sur l’aspect lancinant de ses lignes de basse ou sur le caractère enveloppant de ses drones. Dans le même temps, Buck opère également de manière régulière, formant ainsi de longs titres (six minutes et trente secondes de moyenne) pas si éloignés que cela d’une variation métal du doom. Comme souvent dans ce registre, la part d’improvisation paraît importante (sans savoir si, véritablement, improvisation il y a), notamment quand les rythmiques s’accélèrent (Shift).

Au total, l’aspect lancinant de l’ensemble peut avoir raison de la bonne volonté des auditeurs non forcément enclins à s’infuser trente-huit minutes dans ce style musical et qui, légitimement, pourraient abandonner face aux coups de boutoir assenés par les deux compères. De fait, il convient de reconnaître que Welburn et Buck ne font pas vraiment dans la légèreté, conjuguant par exemple saturation de la six-cordes et martèlement des fûts (Transcience, Duration). En bout de course, toutefois, avec le morceau-titre et afin de soulager celui qui aura tenu jusqu’ici, le propos se fait moins lourd, privilégiant des sonorités métalliques plus expérimentales aux frappes lestées.

François Bousquet
le 22/07/2015

À lire également

Greg Haines
Slumber Tides
(Miasmah)
Eric Thielemans
Sprang
(Miasmah)
V/A
Silva
(Miasmah)
Andrea Belfi
Natura Morta
(Miasmah)