Akousma à Lanaudière : Myriam Bleau / Simon Chioini / Louis Dufort / Keith Fullerton Whitman / Jean-François Laporte

 date du concert

16/07/2015

 salle

Musée d’Art de Joliette,
Joliette, Québec

 tags

Jean-François Laporte / Keith Fullerton Whitman / Louis Dufort / Musée d’Art de Joliette / Myriam Bleau / Réseaux des Arts Médiatiques / Simon Chioini

 liens

Keith Fullerton Whitman
Réseaux des Arts Médiatiques
Louis Dufort
Myriam Bleau
Simon Chioini
Jean-François Laporte
Musée d’Art de Joliette

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

En présentation pour la première fois au réputé festival de musique de Lanaudières, le festival de musiques numériques immersives Akousma avait amené quelques-uns de ses fiers représentants pour faire résonner les salles du musée de Joliette, au Québec.

Équipés de leur laptop, de leurs synthétiseurs et autres babioles qui font du son, ces 5 compositeurs et compositrice ont donné un spectacle d’une très grande variété, impressionnant l’assistance pour qui il s’agissait, dans la plupart des cas, d’une première incursion dans le monde des musiques numériques.

JPEG - 72.5 ko
Jean-François Laporte

Le premier numéro, celui de Jean-François Laporte, a de quoi jeter à terre. La chaise en bois sur laquelle il est assis est connectée à une panoplie de fils et d’appareils. En fait, caché en coulisse, un compresseur envoie de l’air sur le latex jaune couvrant deux longs tubes en plastiques, les faisant entrer en résonance. Après un sifflement criard, un drone se déploie inexorablement, changeant imperceptiblement à mesure que les murs de béton et notre corps se mettent à entrer en vibration. Composée avec la Flying Can, la seconde pièce use d’une simple canette de bière que Laporte tourne autour de sa tête. On croit rêver au début, mais plus la canette tourne, plus on croit entendre le métal parler. L’oscillation fragile devient un sifflement de bombardier. La foule est mi-apeurée, mi-fascinée, pendant que Laporte, juché sur sa caisse placée au centre du public, demeure aussi imperturbable qu’un moine bouddhiste.

JPEG - 113.4 ko
Jean-François Laporte

C’est une foule encore sous l’émotion qui monte au 1er étage pour assister au reste de la performance. La pièce abcd de Simon Chioni est d’une grande simplicité. Composée essentiellement avec de la synthèse numérique, elle est divisée en 4 parties, a-b-c-d, séparées d’interludes. Âgé de 24 ans, le compositeur souhaitait faire une pièce d’une grande clarté. Influencé par la bass music et le hip-hop, la pièce est, d’après lui, l’œuvre qui démontre le plus le plaisir qu’il ressent quand il compose. « Souvent, je n’ai même pas fini ma pièce, que je veux déjà passer à la prochaine. Je trippe à composer. », et effectivement, la pièce est agréable à écouter. À chacune des parties, nous nous sentons de plus en plus séduits par la musique, et la partie de véritable machine de pinball de sons électroniques, achève de nous convaincre que la pièce est réussie.

JPEG - 90.9 ko
Louis Dufort

On enchaîne avec le compositeur de métier et directeur artistique d’Akousma, Louis Dufort. Ayant pris pour habitude de composer ses pièces à la dernière minute, Dufort avait profité de l’occasion pour composer sa pièce... le jour même ! Après une introduction sensuelle, évoquant sa dernière excursion en forêt, cette ex-mini-rockstar de Joliette et « crinqué de la musique » nous plonge dans un cinéma pour l’oreille extrêmement dense, et nous ballotons telle une vulgaire chaloupe dans cette tempête sonore aux sonorités électroniques de techno. Si la pièce de Dufort est définitivement celle qui nous fait voyager le plus, une oreille aguerrie sentira qu’il s’agit d’un premier jet, car le mixage manque de clarté, et empêche d’entendre les détails de la musique. À la fin, nous entendons des fermetures éclairs, celles d’une tente ou d’un duvet se fermer, allusion ingénieuse, mais qui arrive de façon un peu abrupte.

JPEG - 47.8 ko
Keith Fullerton Whitman

Seul américain de la bande, Keith Fullerton Whitman est arrivé armé d’un impressionnant système d’oscillateurs électroniques. Redistribuée sur le système de 4 haut-parleurs de la salle, la musique est un alliage intéressant de sons électroniques très articulés, démontrant le potentiel sonore de son instrument. Après quelques minutes cependant, on ressent le manque de continuité dans le discours musical, et la pièce semble évoluer de façon quelconque. On peine à voir comment la pièce se construit, en raison de l’éclectisme des sonorités. Malgré le sentiment d’avoir entendu une improvisation trop longue, la fin est mieux développée, et la pièce termine sur une note positive.

JPEG - 36.5 ko
Myriam Bleau

La dernière pièce, celle de Myriam Bleau, rivalisait de sensation avec le dispositif de Laporte. Cette performance avec des toupies munies de gyroscopes est un vrai festin pour les yeux et pour les amateurs de beat. À cheval entre le hip-hop, le DJing et la musique électronique expérimentale, la pièce Soft Revolvers est un exemple probant de l’intérêt grandissant pour la performance. Bleau fait tourner ses toupies, en « douces révolutions », accélérant ou ralentissant les sons de sa pièce, comme s’il s’agissait de 4 tables tournantes indépendantes. Le tout est filmé de haut, puis projeté sur un écran derrière la compositrice-interprète, qui se dandine avec un plaisir évident. Mis à part quelques longueurs et une fin forcée, l’œuvre est réussie et j’entends même un spectateur dire « C’est très impressionnant ». Tout est dit.

En somme, un franc succès pour cette 1re édition d’Akousma au festival de Lanaudières. Si Akousma veut bien présenter à nouveau des musiciens numériques aussi qualifiés l’année prochaine, on ne saurait refuser ! Peut-on même espérer une série de concerts sur plusieurs soirées ? L’idée est lancée !

Crédit photo @ Christina Alonso

Pierre-Luc Senécal
le 25/07/2015

À lire également

K.F. Whitman & Greg Davis
Yearlong
(Carpark Records)
V/A
Children of Mu
(Planet Mu)
17/02/2012
Keith Fullerton Whitman
(Instants Chavirés)
Fonica / KFT / S. Roux / C. Willits
E.A.D.G.B.E.
(12k)