Tatzu Nishi : Solo Group Show

 date

du 03/07/2015 au 30/08/2015

 salle

HAB Galerie,
Nantes

 appréciation
 tags

HAB Galerie / Tatzu Nishi

 liens

HAB Galerie

 dans la même rubrique
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)

Pour l’été 2015, c’est Tatzu Nishi, auteur de la Villa Cheminée (œuvre qu’on voit près de Cordemais, quand on parcourt Estuaire), qui est conviée par l’équipe du Voyage à Nantes à s’installer dans la HAB Galerie. Dans la lignée de cette installation (petite villa, qu’il est possible de louer pour une nuit, disposée en haut de la reproduction d’une tour de la centrale thermique), le Japonais y propose un ensemble de créations marquées par la volonté d’utiliser des objets et mobiliers du quotidien urbanisé.

JPEG - 117.5 ko
T’aurais pu me le dire avant de partir
(courtesy de l’artiste)

Voitures, lampadaire, fontaine de ville, sanitaires publics sont ainsi dégagés de leur fonction première pour devenir des composantes d’interventions, considérées à la fois comme des propositions burlesques (T’aurais pu me le dire avant de partir, avec ce véhicule littéralement embroché sur un candélabre) et comme des supports de réflexion sur la place de ces éléments dans nos vies, la permanence des styles versus le caractère éphémère de la mode (Fontaine de la mode et de l’immuable, dans laquelle une voiture est placée au milieu d’une fontaine à l’esthétique gréco-romaine).

JPEG - 119.2 ko
Vespa boule à facettes
(courtesy de l’artiste)

Avec seulement neuf sculptures, Tatzu Nishi (ou l’un de ses hétéronymes, puisque le Japonais se fait également appeler Taturo Atzu, Tazu Rous ou encore Tatsurou Bashi) occupe tout l’espace principal de la galerie. Complétée par quelques larges photographies et documents (un film et une rétrospective des chambres provisoires installées dans l’espace public), la présentation fait donc la part belle à ces imposantes propositions, dont le gigantisme frise alors avec la grandiloquence. De fait, le plasticien convoquant le mobilier urbain, les voitures et la Vespa à l’échelle 1, il s’agit définitivement de faire dans l’ostentatoire et la démonstration un rien emphatique. L’ensemble comprenant également des références directes (un urinoir) et des sculptures suivistes (des empilements), on pourra être tenté d’y voir, au choix, un travail facétieux ou bien la production pompeuse d’un petit malin.

François Bousquet
le 29/07/2015

À lire également

du 06/02/2016 au 17/04/2016
Quoi que tu fasses, (...)
(HAB Galerie)
du 12/10/2013 au 05/01/2014
De Leur Temps (4)
(HAB Galerie)
du 28/02/2014 au 11/05/2014
Bruno Peinado : L’Écho /
(HAB Galerie)
du 10/02/2017 au 23/04/2017
Thomas Huber : L’Imaginati
(HAB Galerie)