Astrïd

The West Lighthouse Is Not So Far

(Monotype Records / Import)

 date de sortie

18/05/2015

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

7 extraits (mp3)

 tags

Astrïd / Cyril Secq / Monotype Records / Post-Rock

 liens

Astrïd
Monotype Records

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après Butterfly In The Snowfall, que ces pages avaient présenté comme un album d’Astrïd alors qu’il s’agissait davantage d’un projet annexe, mené avec Sylvain Chauveau, retour à la continuité discographique du groupe français avec un long-format paraissant de manière très rapprochée. En effet, alors que la formation nous avait habitués à laisser passer quatre ans entre chaque publication, The West Lighthouse Is Not So Far paraît trois ans après High Blues et voit le quatuor changer à nouveau de label, hébergé cette fois-ci sur le polonais Monotype Rec.

Musicalement, pourtant, peu de variations puisqu’Astrïd demeure fidèle à ce qui fait son charme, soit l’impeccable combinaison de quatre intervenants, chacun opérant sur au moins quatre instruments. Déployées sur la longueur (des morceaux de six à treize minutes), leurs compositions peuvent ainsi évoluer, aller de thématiques atmosphériques à des aspects plus mélodiques, commencer dans des climats dépouillés (guitare acoustique contre clarinette ou contre violon) avant de s’aventurer vers des terres plus enrichies quand la batterie fait son entrée.

Habitée et inspirée, la musique des Français impressionne ainsi par sa capacité à donner de l’importance à chaque instrument et à chaque instrumentiste, à laisser exister l’un et l’autre, à tour de rôle, tout en préservant une belle cohérence d’ensemble. Avec cette jolie ampleur qui les caractérise, les quatre intervenants se font également plus suaves que par le passé, sachant conjuguer exigence artistique et aménité du propos, marqué par des lignes de guitare arrondies, une batterie caressante, une basse enveloppante, un harmonium liant ou un métallophone cristallin. Pour autant, Astrïd n’a pas délaissé toute volonté expérimentatrice, comme peut en témoigner le caudal Ouest, avec son ouverture en sonorités étranges et inquiétantes, puis son développement dans des consonances quasi-prog-rock.

François Bousquet
le 07/08/2015

À lire également

Acker Velvet
Carbon & Chairs
(Monotype Records)
Cyril Secq & Orla Wren
Branches
(Dronarivm)
Astrïd
Butterfly In The Snowfall
(Home Normal)
Philippe Petit & Friends
Silk-Screened
(Trace Recordings)