radicalfashion

Garçon

(flau / Import)

 date de sortie

22/04/2015

 genre

Classique

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / flau / Néo-Classique / radicalfashion

 liens

radicalfashion
flau

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Une nouvelle fois, flau se fait l’hôte d’artiste en rupture de label puisque radicalfashion, après un premier album sur Hefty arrive à présent sur la structure japonaise. Ce premier album, vieux de huit ans, nous avait surtout marqués pour Shousetsu, très bon alliage de piano néo-classique et d’apports électroniques (rythmique métronomique, petit son strident et craquements). Naturellement, c’est en espérant retrouver des émotions identiques qu’on entreprend l’écoute de ce Garçon (auquel le Japonais bien laissé la cédille).

Après trois morceaux d’ouverture dans lequel son piano intervient en solitaire, pour des pièces assez courtes mais très traditionnelles du néo-classique, A Ribbon Knot permet d’entrevoir des horizons autres, avec un travail plus ambient et une absence de mélodie, schéma qu’on retrouvera à la fin de l’album, sur To »The September 13th« . Pour sa part, Miuccia Lyric semble revenir au classicisme mais les notes de piano s’autorisent quelques enchaînements dissonants qui attestent de la distance qu’Hirohito Ihara sait prendre vis-à-vis de ce style musical très balisé. Même sentiment quand Egyptology s’agrémente d’un léger sifflement en flux et reflux.

Plus primesautiers, Pointillism et Drum déploient une mélodie sautillante tandis que des clappements de mains se chargent de la partie rythmique. Toute aussi immédiate, la séquence principale d’In Women se retient instantanément mais elle voit, là encore, le piano opérer en très large part. Il s’ensuit qu’à la différence d’Odori, Garçon paraît ainsi mener de front deux veines séparées, sans jamais réellement croiser la ligne néo-classique et la ligne plus électronique. C’est assurément dommage.

François Bousquet
le 11/08/2015

À lire également

Machinone
Tokyo
(flau)
Danny Norbury
Light In August
(flau)
Port St. Willow
Syncope
(flau)
Novisad
Funkel
(flau)