Miaou

Bring The Lights

(Sound in Silence / Internet)

 date de sortie

29/07/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Post-Rock

 appréciation

 tags

Ambient / Electronica / Miaou / Post-Rock / Sound in Silence

 liens

Sound in Silence
Miaou

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Juillet 2013, le label Sound in Silence sortait deux EPs, l’un signé par le duo Hessien (avec Tim Martin aka Maps & Diagrams), et le second venant du pays du soleil levant puisque composé par le trio Miaou. Il se trouve que l’on avait déjà parlé de Hessien à l’occasion de la sortie en 2010 de leur EP Skurjn chez Handstitched* Recordings et que l’on a une petite préférence pour la production de Miaou, d’où ce choix de la découverte.

Le trio formé en 2001 se compose de Tatsuki Hamasaki et des deux sœurs Mayumi et Hiromi Hasegawa autour de claviers, guitare, basse et batterie, suggérant une musique à la frontière de l’electronica et du post-rock. Leur goût commun pour la musique de Telefon Tel Aviv, Do Make Say think ou encore Boards of Canada vient resserrer les liens et leur permet théoriquement de proposer une sorte de fusion entre tous ces artistes.

En pratique on remarquera que le croisement des genres n’opère pas à tous les coups et ce Bring The Lights est plutôt une transition, un passage entre un Airglow très axé sur l’électronique et un Water & Us qui conclue l’album à base de piano, glockenspiel, orgue pour une post-rock aux teintes folk et féériques, un ton un peu léger qui nous laisse de marbre.
On préfèrera donc la finesse de ce Airglow, servi par une mélodie accrocheuse, joliment mis en rythme par la batterie. Avec River Zephyr le procédé est inversé : c’est le piano qui est avant tout responsable de la mélodie tandis que les machines produisent une rythmique fine et sèche. Là encore un bel équilibre entre rêverie ambient et cassures électroniques avant que des guitares rugueuses ne s’élèvent
A mi-parcours, le bien nommé Deep Into A Forest se fait cotonneux, feutré, mêlant nappes lumineuses et pulsation de basses. C’est plutôt agréable mais on pourra regretter une certaine joliesse qui tend malheureusement vers la mièvrerie sur Paper On You.

On est plutôt content d’avoir découvert ce groupe, tout en n’étant qu’à moitié convaincu par cet EP qui a pourtant eu un gros succès puisque sa version physique est épuisée. On est curieux de voir ce que donnera la suite, cet EP sorti voici deux ans étant la dernière production du trio à ce jour.

Fabrice ALLARD
le 03/08/2015

À lire également

Millimetrik / Building Castles Out Of (...)
The Attic EP
(Sound in Silence)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)
V/A
These Waves...
(Sound in Silence)
North Atlantic Drift
Monuments
(Sound in Silence)