Aidan Baker

Half Lives

(Gizeh Records / Import)

 date de sortie

06/04/2015

 genre

Rock

 style

Expérimental / Slowcore

 appréciation

 tags

Aidan Baker / Expérimental / Gizeh Records / Slowcore

 liens

Aidan Baker
Gizeh Records

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Comme on le fait souvent remarquer à propos des musiciens très prolifiques, il nous est quasi-impossible de recenser l’intégralité de leurs parutions, quand bien même nous apprécions les artistes en cause. Aidan Baker est assurément de ceux-ci : prolifique, il l’est plus que de raison (quatre albums, dont deux partagés, et deux sorties live, rien que pour le premier semestre 2015), et apprécié, il l’est de ces pages, aussi bien pour ses prestations scéniques que pour ses travaux discographiques, en solo comme au sein de B/B/S/.

Au sein d’une production très dense, donc, on fait le choix de s’arrêter sur Half Lives, double album publié par Gizeh Records, voulu comme une présentation de ses capacités, aussi bien expérimentales qu’orientées vers un format plus traditionnel (avec chant et mélodie). Ne se laissant pas aller à la facilité de consacrer un disque au premier style et un autre au second, le Canadien opte plutôt pour un premier album dans lequel sa guitare électrique sert de matrice et un second où il s’agit de sa six-cordes acoustique.

À la différence de ce qu’il a pu faire par le passé, il n’a pas convié, cette fois-ci, des invitées pour opérer au chant et se charge, par conséquent, de cet office, délivrant ainsi des titres presque space-rock ou slowcore, marqués par une voix dotée d’une réverbération certaine et un accompagnement rythmique à la lenteur assumée (You Are A Creature Of Darkness). Tranchant avec les morceaux parés d’une saturation enveloppante, empreints de tension et de fièvre (la trilogie Mountain Sweat Clourds), ce type de proposition est également relayé par des pistes mettant en avant orgue ou accordéon, servant de fondement à des développements lents et lumineux de guitare (A Black Crow Files et ses très belles onze minutes).

Sur le second volet d’Half Lives, on trouve une atmosphère globalement moins rêche (en raison, de toute évidence, du passage de l’électrique à l’acoustique), là encore parsemée de morceaux chantés, aux accents slowcore (As I Came To The River, Then Came The Storm). Bien qu’acoustique, la guitare peut se voir conférer une coloration presque psyché (delay et traitement) sur Fear Of Open Spaces I, avant que le titre ne se pare de sons plus crissants ; même teinte quand une flûte intervient dans Fear Of Open Spaces II. Souvent enchaînés, les morceaux des deux albums séduisent ainsi par leur aptitude à se faire caressants, puis, plus violemment sonores ou aptes à mettre mal à l’aise. Naviguant dans plusieurs styles musicaux (on pourrait aussi évoquer le post-rock de Still There Is The Sound Of Thunder), ces deux volets, de quarante minutes chacun, sont aussi séduisants que torturés.

François Bousquet
le 10/08/2015

À lire également

FareWell Poetry
Hoping For The Invisible To Ignite
(Gizeh Records)
20/03/2012
Off the International
(Instants Chavirés)
Aidan Baker
Blue Figures
(Basses Frequences)
24/02/2012
Aidan Baker / A-Sun (...)
(Espace B)