Skydive Trio

Sun Moee

(Hubro / Outhere Distribution)

 date de sortie

30/06/2015

 genre

Jazz

 style

Jazz

 appréciation

 tags

Hubro / Jazz / Skydive Trio

 liens

Hubro

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Alors qu’on ne compte plus les trios jazz piano-basse-batterie, ceux incorporant, en lieu et place du clavier, une guitare se font plus rare. Dès lors, c’est avec un intérêt certain qu’on débute l’écoute de Sun Moee, premier album du Skydive Trio, formation tirant son nom d’un album de Mats Eilertsen, quand il opère dans un autre trio et qui fait partie de cet ensemble-ci. Avec une telle composition, on ne sera pas surpris de retrouver, dès l’ouverture du disque, des déliés de guitares électriques particulièrement entraînants, soutenus par la section rythmique.

En majesté dans certains morceaux (Bravo), la six-cordes de Thomas T. Dahl peut alors y prendre des atours chaloupés, pas très éloignés de certains standards pop. Sa légère réverbération, la clarté de ses notes, sa discrète saturation et le caractère aérien de ses mélodies lui permettent ainsi de se détacher sans difficultés, servie par des arrangements et une production tournés vers cet instrument. Plus encore, sur Signs, ce sont deux guitares qui sont superposées : l’une grattant des accords et l’autre tissant des lignes mélodiques. À force, néanmoins, on peut avoir l’impression que la six-cordes « tricote », en roue libre, et que le solo s’éternise un rien (Slow Turn). Heureusement, assurant le contrepoint, la contrebasse d’Eilertsen et la batterie d’Olavi Louhivuori peuvent également se voir offrir quelques dizaines de secondes à elles seules (la fin de Talbot) ou bien tenir le morceau-titre, ne laissant une guitare acoustique n’intervenir que par bribes. De même, la batterie sait être plus présente, entraînant le tout vers des rivages plus free-jazz (Four Words).

Comme très souvent sur de tels disques, une reprise d’un morceau pris dans un tout autre registre est proposée et, ici, Skydive Trio se charge de réinterpréter le Sour Times de Portishead (« ’Cause nobody loves me/It’s true/Not like you do »). Naturellement entièrement instrumentale, cette version laisse à la guitare le soin de relire la partie chantée par Beth Gibbons et, dans la continuité des interprétations de l’Anglaise, l’instrument se fait fiévreux. Rejoignant, de la sorte, la coloration de quelques autres morceaux de l’album, la guitare tient aussi à se faire plus langoureuse, voire plus bluesée, comme jouée au bottleneck (Becks Back), témoignages de la capacité de ce trio à œuvrer dans une large palette.

François Bousquet
le 16/09/2015

À lire également

Morten Qvenild
Personal Piano
(Hubro)
Trondheim Jazz Orchestra / Christian Wallumrød
Untitled Arpeggios And Pulses
(Hubro)
Erik Honoré
Heliographs
(Hubro)
1982
A/B
(Hubro)