Formes Biographiques

 date

du 29/05/2015 au 20/09/2015

 salle

Carré d’Art,
Nîmes

 appréciation
 tags

Ahlam Shibli / Carl Andre / Carré d’Art / David Lamelas / Peter Friedl

 liens

Carré d’Art

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Sujet idéal du bac de philosophie (c’était d’ailleurs l’un des thèmes sur lesquels les terminales de cette année devaient plancher), la question des origines et de ce que chacun en tire (« Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? » était, plus précisément, l’intitulé de l’épreuve en série littéraire) constitue, assurément, une préoccupation des plasticiens. Comme de nombreux artistes, leurs productions peuvent, de fait, être lues comme un autoportrait, plus ou moins en creux, et c’est cette forme de « construction » (pour reprendre le mot de Jean-François Chevrier, commissaire de l’exposition) que Formes Biographiques veut présenter.

Partant de cette idée même de construction, il s’agit alors de postuler que la biographie peut être réelle, et l’artiste retisse les liens de sa mémoire dans ses œuvres, ou imaginaire, et il s’échafaude alors une vie rêvée ou fantasmée. Revenant ainsi sur les territoires où ils ont vécu précédemment, Carl Andre et Ahlam Shibli les documentent par des photographies, chargées d’en saisir les évolutions. Mais le lieu de l’enfance peut être également celui dont on choisit de s’extraire, soit parce que, politiquement, il n’est plus possible d’y vivre (les Fugitifs de Sigmar Polke, le souvenir de l’apartheid sud-africain de Santu Mokofeng, les témoignages des réfugiés recueillis par Madeleine Bernardin Sabri) ou parce qu’il faut bien, un jour, couper le cordon familial (la vidéo de Chantal Akerman où elle lit des lettres plaintives que lui adresse sa mère, restée en Belgique, tandis qu’elle est partie vivre à New-York).

JPEG - 32.2 ko
Martin Honert - Foto (Klein-Martin am Tisch)
(courtesy Hayward Gallery, Londres)

Les essais d’invention d’une autre vie, d’une autre biographie, peuvent passer par l’écrit (l’arbre généalogique affabulatoire de Gérard de Nerval, Étienne-Martin), par les mirages d’André du Colombier ou par les photographies dans lesquelles David Lamelas se portraiture en star du rock. Sans réécrire leur parcours, Thomas Schütte et Martin Honert tentent de cristalliser leur enfance, de saisir ce moment et de le figer, soit en composant une installation contenant des reliques depuis sa naissances (chaussettes, chaussures), soit en plaçant un mannequin d’enfant (à tête adulte, néanmoins) devant une table de cuisine.

JPEG - 37 ko
Peter Friedl - The Dramatist (Black Hamlet, Crazy Henry, Giulia, Toussaint)
(courtesy Carré d’Art)

Volontairement cérébrale, voire radicale, la proposition de Chevrier s’achève avec quatre marionnettes de Peter Friedl (l’Hamlet noir, Henry Ford, Julia Schucht et Toussaint Louverture), comme autant de trajectoires biographiques différentes, réunies dans le même halo de lumière et dans la même condition de poupées manipulées. Au sortir de l’exposition, peut-être s’agit-il de souligner que notre propre existence, notre propre biographie, est, à l’instar de ses marionnettes, commandée par la main du fatum.

François Bousquet
le 03/09/2015

À lire également

du 13/02/2008 au 19/05/2008
Les Inquiets
(Centre Pompidou, Espace)
du 11/06/2014 au 21/09/2014
David Lamelas : On (...)
(FRAC Lorraine)
du 12/09/2011 au 05/03/2012
Erre
(Centre Pompidou-Metz)
du 25/02/2011 au 22/05/2011
Larry Bell : En Perspecti
(Carré d’Art)