Eugene Carchesio

Concert For One Person In A Small Room

(Room40 / Import)

 date de sortie

00/07/2013

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Minimal

 appréciation

 tags

Eugene Carchesio / Expérimental / Minimal / Room40

 liens

Room40

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

On vous présentait Eugene Carchesio l’an dernier lors de la chronique de son album Circle Music, premier d’une série qui ne cesse de s’allonger. Cette série est une mise au jour par le label Room40 d’archives sonores de cet artiste avant tout connu pour ses travaux plastiques et performances. En effet s’il a été musicien dans divers groupes punk/rock, en solo sa musique électronique reste en grande partie à découvrir.

Circle Music se composait de 7 pistes d’une électro minimale, d’arpèges virevoltantes, rondes et hypnotiques. Nous avions alors complètement craqué sur ce disque. On ne sait pas encore si on vous parlera de 32 Days publié en novembre 2013, mais on voulait profiter de ce Concert For One Person In A Small Room pour aborder un tout autre genre auquel s’est frotté l’Australien.
Sur la forme déjà, cet album se compose de 24 pistes d’une durée moyenne de 2mn. On a parfois l’impression d’écouter des ébauches, voire un disque de samples sonores prêts à être utilisés dans vos propres productions. Sur le fond également, rien à voir avec Circle Music, si ce n’est peut-être l’aspect répétitif mais celui-ci est moins prégnant sur des pièces de courte durée. Si Circle Music se focalisait essentiellement sur les mélodies, Concert For One Person In A Small Room est avant tout un travail sur les percussions, les boucles rythmiques.

Les sonorités sont d’origines variées, il ne s’agit pas spécifiquement de percussions. Ainsi c 1 s’appuie tout autant sur des bruitages aquatiques que sur des coups donnés sur divers matériaux. C’est ici la construction et la vitesse de l’ensemble qui rapproche ses pistes de structures rythmiques, mêlant régulièrement électronique et acoustique, comme ce c 2 à base de tintements proche de coups de couteau que l’on donnerait contre un verre. Difficile de faire l’inventaire complet des moyens utilisés, mais notons le dialogue de couinements électroniques de c 6, les rebondissements technoïdes et clapotis de c 8, ou encore les mécaniques quasi industrielles de c 9 et c 19.
L’album est assez imprévisible. On semble dans un premier temps deviner un tempo assez similaire sur l’ensemble des pièces, mais certaines se font plus chaotiques comme le boiteux c 13 ou encore c 24 et ses sonorités dégringolantes, tandis que c 22 nous surprend sous ses airs de techno minimale invitant sur ses dernières mesures une percussion africaine. Extrêmement rare sont les pièces sur lesquelles l’aspect rythmique parvient à se faire oublier, mais c’est pour cette raison que l’on retient c 5 dont les coups sur un bol métallique dessinent avant tout une mélodie douce et apaisante.

Si le projet était intéressant, on reste un peu bloqué sur l’aspect purement conceptuel de celui-ci et l’impression persistante d’écouter des maquettes sonores. Ce disque était surtout pour nous l’occasion de mieux faire connaitre cet artiste et d’en découvrir une nouvelle facette.

Fabrice ALLARD
le 08/09/2015

À lire également

Minamo + Lawrence English
A Path Less Travelled
(Room40)
Andrea Belfi
Wege
(Room40)
Bee Mask
Vaporware / Scanops
(Room40)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)