Free Babyronia

Matrix Grooves

(Kaico, AUN Mute / Import)

 date de sortie

00/08/2013

 genre

Electronique

 style

Electronica / IDM

 appréciation

 tags

AUN Mute / Electronica / Free Babyronia / IDM / Kaico

 liens

Kaico
Free Babyronia
AUN Mute

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Après l’album de 34423 il y a quelques semaines, on ne pensait pas reparler aussi tôt du label Kaico. Pourtant il nous est difficile de passer à côté de cette découverte, coproduite par deux labels japonais. Rodriguez Yukio est originaire de Lima (Perou) et vit actuellement à Nagoya où il dirige le label AUN Mute et compose sous le nom de Free Babyronia. Après deux EP publiés sur sa propre structure courant 2012, il sortait son premier album au cœur de l’été 2013.

Comme on l’évoquait lors de la chronique du Tough And Tender de 34423, le label Kaico nous semblait plutôt porté sur les musiques electronica/IDM. Ce Matrix Grooves vient confirmer cette ligne musicale tout en combinant une multitude d’influences et de collages inattendus. À ce titre on retiendra tout particulièrement cette ligne de basse acoustique plaquée sur une rythmique concassée qui nous rappellera Funkstorung (Halo Jam Channel) ou encore cette base de musique classique sur laquelle se faufilent quelques timides glitchs (Symphonie Fantastique).
Mais dès l’introduction, on aurait pu se douter du grand écart permanent que fait le péruvien, débutant son album sur des bouillements secs et rapides qu’il croise avec de longs accords de violoncelle (Mandala of Cell). L’utilisation de voix, bribes vocales, onomatopées est assez fréquente, avec plus ou moins de réussite. Complètement concassées et broyées, elle se font oublier sur le très sec Days Signal tandis que comme les titres le suggèrent, elle prennent une place importante sur Per-Aah et Da-Da, révélant de subtiles influences hip-hop sur le premier, élaborant une mélodie nonchalante sur le second.

Mais on a une petite préférence pour la deuxième moitié de l’album, peut-être plus contrasté, et offrant des surprises encore plus grandes. Karma par exemple débute par des field recordings, une ambiance nocturne, un homme qui fredonne, avant que des coups secs et des basses vibrantes ne construisent une lente et surprenante rythmique. Tout aussi aéré, Abyss invite quelques cordes et samples vocaux aux intonations tribales.
Mieux encore, Swim noie l’auditeur dans une mare de textures grésillantes. C’est aride, dur, ça râpe, mais l’ensemble est relevé de mélodies discrètes au second plan. Pour finir, Pendulum joue sur des boucles mélodiques rondes, douces et quelques envolées d’orgues qu’une rythmique concassée arrête bien vite.

A l’image de 34423, Free Babyronia produit ici un très bel album, varié, susceptible de convaincre tout amateur d’electronica, à condition d’accepter de se laisser surprendre en chemin !

Fabrice ALLARD
le 10/09/2015

À lire également

34423
Tough And Tender
(Kaico)
Tomotsugu Nakamura
Soundium
(Kaico)
34423
Masquerade
(Kaico)
Yokotsuka Yuuya
Return to Nature
(Kaico)