Bovaflux

Hermetic Peaks

(Recycled Plastics / Import)

 date de sortie

22/07/2015

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Bovaflux / Electronica / Recycled Plastics

 liens

Bovaflux
Recycled Plastics

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

À l’instar de beaucoup d’artistes et de labels anglais d’electronica, Bovaflux s’était fait assez discret ces derniers temps. De fait, après avoir été extrêmement présente autour de quelques structures et musiciens phares, au début des années 2000, la scène britannique de tous ces petits artisans, apparus dans la foulée des précurseurs de chez Warp, s’est clairsemée. Sporadiquement, toutefois, l’un ou l’autre refait surface, pour nous livrer un nouvel album qui, immédiatement, nous replonge dans cette musique à l’efficacité redoutable.

Hermetic Peaks est assurément de ceux-ci puisque le quatrième long-format de l’Anglais nous replonge instantanément dans une suite de morceaux énergiques, enlevés et entraînants. L’alliance de ces rythmiques légèrement métalliques et de ces mélodies incisives a beau nous être extrêmement familier, c’est toujours avec autant de bonheur que nous nous laissons emporter, surtout qu’Eddie Symons sait calibrer à une juste durée ses titres (autour de quatre minutes et trente secondes en moyenne) comme préserver une piste moins scandée de temps à autre (Hello Old Friend).

Si l’atmosphère générale est plutôt primesautière, certains morceaux développent un propos un peu plus sombre, par l’entremise de notes plus graves et l’utilisation plus intensive de basses (Anstatt). À ce titre, on observe, sur la longueur des cinquante-cinq minutes de l’album, une belle homogénéité dans la tessiture des mélodies concoctées par Bovaflux : toujours parées de mini-grésillements, à l’aspect robotique savamment dosé et au concassage habilement proportionné. En bonne logique, le long-format se clôt par une piste arythmique, histoire de sortir plus en douceur d’Hermetic Peaks, album qui nous conforte, à l’évidence, dans nos bonnes dispositions à l’égard de son auteur.

François Bousquet
le 02/10/2015

À lire également

V/A
London Electrics Volume One
(London Electrics)
V/A
Looking Back Ain’t No Way Forward
(Highpoint Lowlife)
Bovaflux
Invariant
([d]-tached)
Bovaflux
Where There Was Nothing
(Highpoint Lowlife)