[A...] Soundz Projekt

[A...] Soundz Projekt 1

([A...]UTOPROD / Internet)

 date de sortie

10/10/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electro / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Electro / Minimal / [A...] Soundz Projekt / [A...]UTOPROD

 liens

[A...] Soundz Projekt

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Cela fait un petit moment que l’on est en contact avec Laurent Rauner, moitié du duo [A...] Soundz Projekt. Le français actuellement expatrié à Berlin nous avait d’abord fait part d’un CD que l’on considèrera comme une maquette de l’album ici chroniqué. Sa sortie a été un peu compliquée, initialement prévue sur un label canadien, pour finir par voir le jour sous la forme d’un superbe vinyle transparent sur leur propre structure, logiquement nommée [A...]UTOPROD.

Les premiers travaux de Laurent Rauner et Jérôme Scheben datent de 2003, mais ce n’est qu’en 2012 que les deux hommes passent aux choses sérieuses avec une démo, puis cet album principalement habité d’une ambient minimale. On part sur un avis un peu mitigé avec le premier titre, Clouds, et ses lentes nappes synthétiques linéaires, faisant penser à de basiques accords de synthé progressivement envahis d’un souffle flottant. Une fois ces nuages passés, on retrouve la lumière avec quelques tintements métalliques, comme des reflets clignotants sur la mer, mais il est déjà temps de passer au morceau suivant.
Dans cette veine ambient minimale, on préfèrera Luna Rossa. Là aussi le dispositif est assez simple, mais on apprécie l’ambiance spatiale, froide et ample, alternant sans cesse entre nappes aériennes et sombres grondements. Plus tard, Curfew en reprend le principe tout en optant pour des sonorités plus métalliques, entre nappes et résonances.

Trois titres se démarquent de part leur style bien distinct. Narcisse tout d’abord nous surprend par sa simplicité, ses silences et son instrumentation puisqu’il s’agit d’une pièce de piano solo, tout juste accompagné de quelques field recordings, vraisemblablement des ambiances de rues. À la croisée des chemins, 2 meddle reste sur des terres ambient tout en intégrant quelques sonorités que l’on qualifiera de percussions aquatiques. On devine une lente montée de ce dispositif, quelques percus plus classiques, mais la musique du duo est toute en retenue et ce titre en est le parfait reflet.
Dernière surprise, et aussi dernier titre de l’album, Kr[a…]ft est peut-être l’explosion que l’on attendait sur 2 meddle. Fini les nappes synthétiques, le duo joue ici d’arpèges et bruitages électroniques. On pense à une électro-techno teintée des expérimentations de Kraftwerk (le titre est d’ailleurs probablement une référence au groupe allemand), mais une superbe boucle mélodique, un peu mélancolique aussi, vient nous rappeler à l’univers sonore de [A...] Soundz Projekt.

Pour un premier album, c’est une belle réussite, à conseiller aux amateurs d’un certain minimalisme, ou plus largement d’electronica-ambient.

Fabrice ALLARD
le 28/09/2015