Lettres de non-motivation

 auteur

Julien Prévieux

 metteur en scène

Vincent Thomasset

 date

du 30/09/2015 au 03/10/2015

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Pompidou / Julien Prévieux

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
du 05/11/2016 au 26/11/2016
La Nuit des Taupes
(Théâtre des Amandiers)
du 15/09/2016 au 08/10/2016
Il faut beaucoup aimer les Hommes
(Théâtre Ouvert)
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)

Transposer au théâtre un roman ou une nouvelle est un geste fréquent, faire une dramaturgie d’une œuvre plastique l’est beaucoup moins. C’est dans cette entreprise que s’est engagé Vincent Thomasset en adaptant les Lettres de non-motivation, série réalisée depuis 2000 par Julien Prévieux et qu’on a déjà pu apprécier dans des expositions. Avec son protocole très simple et immédiatement saisissable, l’artiste nous avait alors séduits et réjouis, la lecture de ces réponses décalées à de véritables offres d’emploi révélant assurément quelque chose du monde et du marché du travail. Également intéressé par cette proposition, Thomasset la décline ainsi sur scène, relayant l’écriture de Prévieux par cinq comédiens, chargés, tour à tour, et pendant que les petites annonces sont projetées en fond de plateau, de dire certaines des lettres.

Au-delà du catalogue des métiers que le spectacle induit, on est frappé par l’inventivité du plasticien, capable de toujours trouver une astuce ou une accroche pour expliquer pourquoi il ne postulera pas à l’emploi considéré. La volonté de rester chez soi bien au chaud et de ne pas s’astreindre à des horaires contraignants peut ainsi côtoyer l’excuse bidon (type « j’avais écrit une superbe lettre, détaillée et précise, vantant toutes mes qualités, mais, ce matin en me réveillant, elle avait disparue ») et la déconsidération amusée de certains postes (lorsqu’il explique notre époque n’a pas besoin de coupeurs de verre, mais qu’elle a besoin de nouveaux managers ou d’experts en veille stratégique car « notre société est postindustrielle, le sciage peut attendre, pas les produits financiers, ni les loisirs ou les semi-conducteurs ») avoisiner la description de son quotidien (comme sa réponse à un poste dans le secteur des sauces froides où il se décrit comme friand de junk-food et ne pouvant s’éloigner de sa superette de quartier).

Afin de ne pas tomber dans la litanie récitative, les intervenants modulent leur manière de formuler leur propos : neutre dans un premier temps, leur tonalité peut alors prendre des atours très théâtraux, voire tragiques, plus comiques, implorants ou sensuels. Chaque lettre se terminant par « dans l’attente d’une réponse de votre part », il arrive que les employeurs répondent effectivement et cette réponse se trouve dite à la suite, dans le même style que la lettre de Prévieux. L’absurdité du système est alors parfois mise en lumière puisque de nombreuses réponses-types sont apportées au Parisien (« nous vous remercions de l’intérêt porté à notre société », « si vous nous y autorisez, nous conservons votre dossier et nous ne manquerons pas de faire appel à vous si d’aventure un poste correspondant à votre profil venait à se libérer »). Très épisodiquement, l’un des employeurs s’évertue pourtant à trousser une réponse toute aussi absurde que la lettre initiale, rentrant savamment dans le jeu.

Pour incarner cette parole, Vincent Thomasset a fait appel à cinq comédiens, chargés, donc, de varier leur jeu mais aussi leur langage ou leur gestuelle. Quelques lettres sont lues dans un sabir inventé, dans un verbiage abscons ou avec des mots à l’envers tandis que l’un d’eux se livre à un solo dansé ou qu’une des phrases est mise en chanson. Si monter cette série de Lettres de non-motivation constituait, de toute évidence, un pari, voire une gageure, il est incontestablement remporté avec ce spectacle tout aussi enthousiasmant que son matériau originel.

Autres dates :
-  6 et 7 octobre 2015 : actOral – Marseille
-  du 10 au 21 novembre 2015 : Théâtre de la Bastille – Paris
-  1er et 2 mars 2016 : Carré – Saint-Médard-en-Jalles
-  23 et 24 mars 2016 : Phénix – Valenciennes
-  du 12 au 15 avril 2016 : Théâtre Garonne – Toulouse
-  28 et 29 avril 2016 : Passerelle – Saint-Brieuc

François Bousquet
le 04/10/2015

À lire également

du 16/11/2011 au 19/11/2011
VIOLET
(Centre Pompidou)
du 02/03/2011 au 04/07/2011
François Morellet : (...)
(Centre Pompidou)
du 17/05/2014 au 17/08/2014
Double Jeu
(FRAC Centre)
09/02/2001
Console
(Centre Pompidou)