Espen Eriksen Trio

Never Ending January

(Rune Grammofon / Differ-ant)

 date de sortie

28/08/2015

 genre

Jazz

 style

Jazz

 appréciation

 tags

Espen Eriksen Trio / Jazz / Rune Grammofon

 liens

Rune Grammofon
Espen Eriksen Trio

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Alors qu’In The Country, autre trio jazz ayant sorti des disques sur Rune Grammofon a quitté à la fois le label norvégien et les rives d’un jazz traditionnel, Espen Eriksen Trio reste fidèle aussi bien à la structure d’Oslo qu’aux contours développés depuis cinq ans. La combinaison piano-contrebasse-batterie continue, sur ce Never Ending January, d’opérer avec une suavité et une grâce assez remarquables, tout en faisant le choix d’accentuer délibérément le caractère mélodique des lignes du clavier d’Espen Eriksen.

Soutenu par ses comparses (Andreas Bye à la batterie et Lars Tormod Jenset à la contrebasse), le musicien livre ainsi des partitions dans lesquelles son piano se place à l’exacte frontière entre le plaintif et le mélancolique, avec ses thèmes quasi-immédiatement identifiables. Comme sur ses précédents efforts, le trio s’efforce également de proposer des titres un peu plus improvisés, avec batterie et contrebasse davantage présentes et piano au jeu plus débridé (Floating, In The Mountains). Dégringolant le long de ses octaves, mettant en place un trémolo ou plaquant quelques accords, Eriksen retrouve alors des accents d’habitude destinés aux prestations live. Au diapason, Bye fait résonner ses cymbales et Tormod Jenset accentue le pincé de ses cordes. Plus encore, Brian se fait fiévreux dans son dernier quart, à mesure que la batterie prend de l’espace.

Vers la fin de l’album, les Norvégiens laissent entrevoir une direction un peu autre, particularisée par le jeu à l’archet de Lars Tormod Jenset et les frappes plus marquées sur ses toms d’Andreas Bye (Cold Front). S’ils maîtrisent assurément l’approche traditionnelle du jazz, et singulièrement du trio piano-contrebasse-batterie, on est alors heureux de voir les musiciens s’aventurer sur des terres moins balisées.

François Bousquet
le 13/10/2015

À lire également

Alog
Amateur
(Rune Grammofon)
Albatrosh
Night Owl
(Rune Grammofon)
Phonophani
S/t
(Rune Grammofon)