Simon Scott

Insomni

(Ash International / Import)

 date de sortie

04/09/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Ash International / Simon Scott

 liens

Ash International
Simon Scott

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Poursuivant son parcours parmi les labels électroniques expérimentaux les plus intéressants, Simon Scott fait cette fois-ci escale sur Ash International pour un nouvel album d’ambient, moins lumineuse que sur son précédent album, mais continuant de développer un propos très conséquent et intéressant. Subdivisée en onze séquences, la plage unique d’Insomni voit ainsi l’Anglais convoquer deux guitares (une douze-cordes et une six-cordes) ainsi que plusieurs sources externes (captations aux micros, bribes de sons issus de la radio) pour concocter des textures balançant entre moments assez enveloppants et passages plus acérés quand saturations et larsens sont à l’honneur.

Comme il sait également parfaitement le faire, le Britannique joue sur les variations d’intensité, les oscillations de ses nappes et l’enregistrement en stéréo. Tout cela amène assurément l’auditeur à une expérience d’écoute tout à fait convaincante, résolument impliquante (l’écoute des quarante-deux minutes d’affilée s’imposant) et suffisamment variée. La présence, au début de Nettle Bed, d’arpèges de guitare permet ainsi de moduler le propos, venant après des temps plus expérimentaux et arides. Même constat, un peu plus loin, quand l’instrument se trouve gratté et nimbé d’une belle enveloppe réverbérée (Nember) ou quand la douze-cordes, au son plus métallique, tisse des arpèges dénudés (Far From The Tree). Ces sections, mélodiques et acoustiques, surtout présentes en seconde partie d’album, viennent alors constituer des contrepoints paisibles et accessibles aux fragmentations déployées dans le début d’Insomni. De toute évidence, on peut reprendre la conclusion de notre chronique de Below Sea Level et relever que Simon Scott démontre, une nouvelle fois, « sa faculté à intervenir dans différents styles musicaux avec toujours autant de réussite ».

François Bousquet
le 23/10/2015

À lire également

30/06/2009
Simon Scott / The Sight
(Instants Chavirés)
Televise
Secret Valentine
(Distant Noise Records)
Christian Fennesz
AUN - The Beginning And The End Of All (...)
(Ash International)
Emanuele Errante
Time Elapsing Handheld
(Karaoke Kalk)