0

Umarete Wa Mita Keredo

(flau / Import)

 date de sortie

23/09/2015

 genre

Rock

 style

Acoustique / Musique de film

 appréciation

 tags

0 / Acoustique / flau / Musique de film / Sylvain Chauveau

 liens

Sylvain Chauveau
flau
0

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Installé depuis son dernier album sur flau, 0 y publie son nouveau long-format, enregistrement studio de pièces composées pour être jouées en accompagnement de la projection de Gosses de Tokyo d’Ozu (le titre de l’album est le titre, en japonais, du film). On sait que l’illustration (de films ou de ballet de danse) est un travail dont Sylvain Chauveau est familier mais que, trop souvent, cela le conduit à proposer des albums pas entièrement convaincants, notamment en raison de leur structure même. À nouveau, Umarete Wa Mita Keredo n’échappe pas à cet écueil, ses quatorze titres s’apparentant trop souvent à des vignettes, tournant autour des deux minutes et dont le dénuement instrumental (deux guitares acoustiques, une flûte, un vibraphone) renforce ce caractère pastel et dépouillé, trop proche de la simple esquisse.

Naît alors, comme régulièrement avec ce type de projet, le sentiment que les morceaux présentés s’écoutent difficilement en dehors du contexte pour lequel ils ont été créés. En leur qualité de soutiens d’images, il est logique qu’ils ne prennent pas le pas sur ces dernières et s’évertuent à trouver une juste place ; en revanche, appréhendés « à l’aveugle », leur ténuité révèle une forme de faiblesse, quand bien même l’alliage des quatre instruments est justement dosé. De même, aucun accroc musical à relever, y compris dans les interventions de la flûte de Jùlia Gàllego (arrivée chez 0 en 2013), instrument dont nous ne raffolons pas véritablement.

Pour autant, tout au long des quarante-et-une minutes du disque, on se trouve dans l’attente que quelque chose se passe, d’être pris par surprise ou à contrepied. Las ! L’ensemble se déroule sans heurts, dans une délicatesse certaine, mais avec cette tenace impression d’être face à de simples ébauches.

François Bousquet
le 09/11/2015

À lire également

05/07/2011
Sleepingdog / Dan Matz /
(Espace B)
Machinone
Tokyo
(flau)
31/05/2002
Micro:mega
(Glaz’Art)
Sylvain Chauveau
How To Live In Small Spaces
(Brocoli)