Chris Herbert

Wintex-Cimex 83

(Room40 / Import)

 date de sortie

01/12/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Chris Herbert / Room40

 liens

Chris Herbert
Room40

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

En prélude à son album Constants dont nous avons déjà parlé sur ces pages, Chris Herbert sortait un an plus tôt cet EP, première production après 6 ans de silence. Ces deux enregistrements vont véritablement de pair puisqu’ils ont tous deux été composés et (lentement) affinés entre 2007 et 2013.

Pour qui connait déjà le travail du Britannique, Wintex-Cimex 83 est donc logiquement dans la lignée de ses précédentes productions, alliant nappes et boucles avec un ensemble de textures et glitchs au profit d’une musique douce et chaleureuse. On entre directement dans l’album, pas de longue introduction pour ce Soft Quasars qui démarre tout de suite par cette combinaison franche de textures, souffle glacial, drones emmêlés et crépitements. Une fois le voile levé, les nappes de laptop dont claires, limpides, mais toujours parsemées de micro-sonorités et autres glitchs, contribuant à l’aspect organique de cette musique. Au fil des 7mn que dure ce premier titre, on apprécie également le renouvellement régulier du style, passant par une régulière résonance de cloche, puis une boucle de basse qui finira par se noyer dans des crachotements numériques.

C’est très beau, mais on a encore mieux ensuite avec Nuvagapak : nappes cristallines et légers souffles qui prennent de l’ampleur, les deux éléments se marient à merveille avec d’une part la régularité des nappes et d’autre part l’abstraction des glitchs. On a l’impression d’être en apesanteur alors que justement, en fin de morceau on devine quelques voix que l’on croirait tirées d’une mission spatiale. On situera Vactrol dans cette même lignée, oscillant sans cesse entre nappes ambient et mélodies lancinantes qui s’imposent sous forme de lentes boucles. C’est doux, répétitif et plus apaisé, bruitages et souffles se faisant plus discrets.
On termine ce voyage d’une petite demi-heure avec un Nunki particulièrement linéaire dans lequel on retrouve des nappes feutrées, granuleuses, une composition minimaliste dont les sonorités tendent à s’épurer au fil de sa progression.

Du très beau travail pour tout amateur de musique ambient. Il serait dommage de s’en priver, cet EP faisant partie des productions gratuites du label australien.

Fabrice ALLARD
le 22/11/2015

À lire également

Bee Mask
Vaporware / Scanops
(Room40)
Simon James Phillips
Chair
(Room40)
David Toop
Entities Inertias Faint Beings
(Room40)
New Rome
Nowhere
(Room40)