Von Tesla

Raised by Clear Acid

(Boring Machines / Import)

 date de sortie

20/12/2013

 genre

Electronique

 style

Drone / Minimal

 appréciation

 tags

Boring Machines / Drone / Minimal / Von Tesla

 liens

Boring Machines
Von Tesla

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Von Tesla est le projet de l’Italien Marco Giotto, déjà auteur d’un album et d’un split pour Boring Machines, mais sous le nom de Be Invisible Now !. Si la structure italienne nous avait habitué à des musiques plutôt expérimentales, aux frontières du rock, du drone, des musiques psychédéliques et du collage sonore, ce maxi de Von Tesla a immédiatement retenu notre attention avec un projet particulièrement électronique.

Von Tesla est donc le "nouveau" projet de l’Italien dont la première production intitulée Mondo Parallel, auto-produite, est disponible gratuitement sur son compte Bandcamp. Il s’agissait alors d’une musique très abstraite, particulièrement expérimentale, alliant coups de basses, glitchs et tintements suraigus. Avec Raised by Clear Acid l’Italien est clairement passé à une autre étape, intégrant désormais des rythmiques lourdes et régulières qui martèlent sans cesse, mais avec subtilité, un bel assemblage de nappes et drones lugubres.
Après une courte introduction (n3) inquiétante et mystérieuse qui allie ronronnements graves, grésillements réguliers et oscillations de basse, on entre pleinement dans cet EP avec le rythme à la fois lourd, lent et sec de Understanding Of Gravity / De Sitter Space. On pense vaguement à une techno minimale léthargique prenant ses sources dans les musiques industrielles, et on se laisse happé par l’atmosphère dégagée.

Pas de fioritures ici, l’album a été composé avec un nombre réduit de machines, évitant toute dispersion et contribuant à la cohérence de l’ensemble. L’Italien a sélectionné quelques sons, quelques tonalités, un style rythmique et il s’y tient, généralement avec succès, même si Null Hypersurface, partant un peu dans tous les sens, nous laisse sur un sentiment un peu mitigé.
On notera un travail propre mais sans grande surprise sur le caudal Unifying All Fundamental Interactions (Vertical Horizon) qui mise tout sur le potentiel hypnotique de son minimalisme, mais on est sous le charme de All Cycles Lost, notre gros coup de cœur, intégrant quelques sonorités nouvelles telles que bouillonnements électroniques et claquements rythmiques, le tout s’emballant sur une lente montée. Un titre étonnamment dansant et planant, l’équilibre parfait entre poésie et noirceur.

Même si l’on est capable d’écouter cet EP en boucle, il pourra sembler trop court. Or le label nous surprend en fournissant exclusivement aux acheteurs de la version physique (vinyle 12") un lien permettant de télécharger un album composé d’une pièce unique de 46mn. Avis aux amateurs !

Fabrice ALLARD
le 03/12/2015

À lire également

Chapter 24 & Philippe Petit
The Red Giant Meets the White Dwarf
(Boring Machines)
K11 & Philippe Petit
The Haunting Triptych
(Boring Machines)
Heroin In Tahiti
Death Surf
(Boring Machines)
Luciano Maggiore + Francesco "fuzz" (...)
Chàsm’ Achanès
(Boring Machines)