Thomas Tilly

 date du concert

27/11/2015

 salle

Blockhaus DY10,
Nantes

 tags

Blockhaus DY10 / set/30’ / Thomas Tilly / Tô

 liens

Thomas Tilly / Tô
set/30’

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Il nous aura donc fallu nous rendre jusqu’à l’une des soirées organisées par set/30’ pour retrouver Thomas Tilly en concert. En effet, et bien que le Français se produise régulièrement, on n’avait pas eu l’occasion de le revoir depuis 2009. À l’époque, il opérait encore, au moins partiellement, dans la continuité de ses travaux en tant que Tô, avec des disques d’argile ou des cailloux qu’il utilisait comme source sonore. Depuis, son approche, bien que toujours tournée vers l’organique, s’est recentrée sur des aspects plus traditionnellement ambient et c’est un set dans lequel il n’utilisa que des machines et matériaux électroniques qu’il nous livra ce vendredi soir.

Dans l’enceinte du Blockhaus DY10, entre les volutes des fumées des spectateurs (elles aussi à la fois électroniques et « organiques »), Thomas Tilly débuta par un larsen très aigu, histoire de poser tout de suite les débats. Jouant avec la stéréo, il fit aller et venir ce son d’une enceinte à l’autre avant d’introduire des éléments organiques, probablement captés lors de ses voyages dans la forêt amazonienne : pépiement d’oiseaux, bruissement des feuilles, pluie tropicale, grondements divers. Au moment où la pluie redoubla, on ne savait alors plus trop ce qui relevait de l’onirico-organique et ce qui relevait du synthétique, créé sur le laptop ouvert devant le Français.

Le mélange prenait de l’ampleur, conservait son homogénéité et gagnait en densité, se parant même de saturations. La difficulté à distinguer les différentes composantes persistait, nous plaçant dans un entre-deux, dans une forme d’indétermination assez mystérieuse et intrigante. Pour générer certains de ses éléments, Tilly utilisait un capteur qu’il rapprochait d’un mini-theremin ou d’un lecteur de mini-disc, tandis que son autre main restait en contact permanent avec les potentiomètres de sa table, ciselant son agrégat sonore. Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier s’apaisa dans les dernières minutes de la demi-heure réglementaire, clôturée par un fade out façon sortie progressive d’un étrange voyage intérieur.

François Bousquet
le 30/11/2015

À lire également

Thomas Tilly & Jean-Luc Guionnet
Stones, Air, Axioms
(Circum Disc)
Thomas Tilly - Tô
Cables & Signs
(Fissur)
23/07/2002
Soirée Evenement : To (...)
(Batofar)
13/02/2010
Paysage Différé #02 : (...)
(Société de Curiosités)