Rafael Anton Irisarri

A Fragile Geography

(Room40 / Import)

 date de sortie

16/10/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Rafael Anton Irisarri / Room40 / The Sight Below

 liens

Rafael Anton Irisarri
The Sight Below
Room40

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Visuel de pochette montrant une maison et ses abords dans une photographie vieillie et titre de l’album renvoyant à une vulnérabilité certaine : connaissant le parcours de Rafael Anton Irisarri, on pouvait légitimement s’attendre à quelque chose d’assez dense et torturé. Au surplus, on apprend qu’A Fragile Geography a été composé juste après que le musicien s’est fait voler son matériel, lors de son déménagement de Seattle à New-York. Face à cette nécessité de repartir à zéro, Irisarri choisit de se concentrer sur le cœur de son travail et de mettre en places des textures particulièrement homogènes et compactes.

Lors de notre recension de The Unintentional Sea (déjà paru sur Room40 et déjà uniquement en vinyle, pour la partie physique), nous avions souligné que l’États-unien savait se départir des climats lourds et pesants pour offrir quelques plages moins plombées. Même schéma cette fois-ci, puisqu’après deux premiers morceaux assez chargés en gravité, Empire Systems accueille des saturations de guitare qui savent se faire plus harmonieuses. Plus encore, Persistence fait place à des touches de clavier, presque délicates, voire aquatiques, et qui se fraient, sans peine, un chemin au travers des nappes d’arrière-plan.

L’ensemble se fait alors beaucoup plus pertinent et emportant, l’auditeur pouvant s’attacher soit à l’ambiance générale, soit aux incursions plus précises. De même, quand Julia Kent est conviée, avec son violoncelle, sur Secretly Wishing For Rain, si l’on a un peu de difficultés à identifier ses interventions, sa présence se fait quand même ressentir. Sommet de cette participation d’instruments aux morceaux d’Irisarri, The Outer Circle, dernier titre du disque, intègre des touches de guitare, venant percer l’amas sonore mis en place par ailleurs. Avec leur consonance à la fois réverbérée et métallique, ces concours tissent un superbe morceau caudal, dont on regrettera juste que le musicien le coupe abruptement.

François Bousquet
le 17/12/2015

À lire également

Chris Abrahams
Memory Night
(Room40)
Simon James Phillips
Chair
(Room40)
The Sight Below
It All Falls Apart
(Ghostly International)
Rafael Anton Irisarri
Daydreaming
(Miasmah)