Christina Vantzou

N° 3

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

16/10/2015

 genre

Rock

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / Christina Vantzou / Kranky / Néo-Classique

 liens

Kranky
Christina Vantzou

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Tandis que certaines intitulent leurs albums de l’âge à laquelle elles en ont commencé l’enregistrement, Christina Vantzou opte pour une numérotation toute simple. C’est ainsi qu’après N° 1 et N° 2, place, à présent, à N° 3, à nouveau enregistré avec un orchestre de quinze musiciens, belges cette fois-ci. Pour autant, à l’écoute des soixante-dix minutes du disque, c’est plutôt le travail sur les synthétiseurs qui ressort, de nombreux appareils ayant été sollicités pour les quatorze morceaux de ce long-format : DX7, Yamaha CS20, Roland Juno-6, etc…

Il en résulte une atmosphère d’ensemble probablement plus sombre et moins « acoustique » que sur les précédents efforts de la jeune femme, parcouru de crépitations électroniques et régulièrement lesté par d’opaques interventions des synthés. À cette aune, même les samples vocaux se mettent au diapason, anxiogènes et inquiétants, pas si éloignés de films d’horreur (Cynthia). De rares notes de clavier peuvent toutefois venir éclaircir certaines compositions (Pillar 3, Shadow Sun), constat également ressenti avec les chœurs mis en place par Minna Choi (CV).

Dans ce contexte, N° 3 se fait, en définitive, assez cérébral. Si on a pu regretter, par le passé, la recherche un rien facile de l’émotion sur quelques compositions de la Belge, manquent peut-être ici la chair et le corps que peuvent apporter les instruments à cordes et autres intervenants des orchestres symphoniques. Et pourtant, ils sont bien crédités et ont bien participé à l’enregistrement de l’album. Ce sentiment découle donc de la volonté de Christina Vantzou de mettre en avant ses synthétiseurs et de repousser à l’avant-dernier titre du disque (Pillar 1) une composition voisine de celles proposées sur ses deux premiers albums. S’il ne s’agit pas de lui reprocher d’avoir voulu évoluer, la direction choisie ne s’avère pas forcément notre favorite.

François Bousquet
le 19/12/2015

À lire également

Implodes
Black Earth
(Kranky)
Windy & Carl
We Will Always Be
(Kranky)
08/05/2012
Humanist Records Festival
(Espace En Cours)
Charalambides
Exile
(Kranky)