The Silence Set

Teeth Out

(Mini50 Records / Import)

 date de sortie

06/11/2015

 genre

Rock

 style

Folk / Post-Rock

 appréciation

 tags

Folk / Jasper TX / Mini50 Records / Post-Rock / The Silence Set

 liens

Jasper TX
Mini50 Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Il n’est pas rare que ces pages évoquent un duo, plus ou moins éphémère, né de la rencontre de deux musiciens suivis par ailleurs pour leurs travaux en solitaire. Ce type de proposition produit ainsi des résultats variables, allant de rencontres purement anecdotiques jusqu’à des développements nettement plus intéressants, notamment quand ils s’affranchissent et se démarquent des territoires jusqu’alors parcourus par les membres du duo dans leurs aventures individuelles.

C’est à cette seconde catégorie qu’émarge Teeth Out, premier album de The Silence Set, réunion de deux Suédois opérant chacun de leur côté, à la fois dans des projets solitaires que dans d’autres groupes. Si Dag Rosenqvist est bien suivi ici (principalement sous son alias Jasper TX), Johan G Winter ne l’a, pour l’instant, été qu’à l’occasion d’une apparition sur une compilation electronica en tant que Tsukimono. On l’a pourtant précisé, ce duo intervient dans un registre différent de ceux fréquentés par ses membres, puisqu’en lieu et place de l’ambient ou de l’electronica, ce sont dix compositions entre folk et post-rock qui constituent Teeth Out. Guitare acoustique, banjo ou piano sont ainsi sollicités pour l’orchestration de morceaux aux structures passant de la ballade à des déploiements plus complexes, à l’instar du beau Deliverance, dont le dernier quart dévoile des explosions sonores que les arpèges de banjo du début ne laissaient présager.

Quasiment tous les morceaux étant chantés, Rosenqvist et Winter s’attellent aussi à cette tâche, avec des voix assez blanches et peu timbrées, adaptées, de ce fait, aux ambiances générées par l’instrumentation. Pour marquer leur attachement à leur positionnement musical, les Suédois ont convié Heather Woods Broderick (sœur de Peter, et déjà recensée sur ces pages pour ses travaux solo) au chant et à la flûte sur un titre (Worry, Glory), piste sur laquelle Nils Frahm s’invite au synthétiseur également. Autre morceau s’essayant à une durée certaine (plus de sept minutes, après les neuf minutes trente de Worry, Glory), Needles intègre des crépitements électroniques, dialoguant subtilement avec le piano avant que la trompette de Kristofer Ström n’apparaisse, au gré de l’évolution d’une piste qui se conclut enfin avec des cordes finissant de parachever ce bel ouvrage.

François Bousquet
le 05/01/2016

À lire également

V/A
Silva
(Miasmah)
From The Mouth Of The Sun
Woven Tide
(Experimedia)
26/04/2012
Jasper TX / :Take :
(Espace B)