The Great Saunites & Attilio Novellino

Radicalisme Mècanique

(Discreet Records / Internet)

 date de sortie

15/01/2014

 genre

Rock

 style

Drone / Post-Rock

 appréciation

 tags

Attilio Novellino / Discreet Records / Drone / Post-Rock

 liens

Attilio Novellino
Discreet Records

 autres disques récents
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)

C’est en 2012 que l’on découvrait Attilio Novellino avec son album Through Glass publié chez Valeot Records. Après ce coup de cœur, il était logique que l’on poursuive la découverte de cet artiste italien. C’est donc via cette collaboration avec The Great Saunites qu’on le retrouve sur ce 12" simple face d’une toute autre tonalité puisque cette formation italienne joue plutôt sur le terrain d’un power krautrock teinté de psychédélisme, peut-être l’occasion pour Attilio Novellino de renouer avec ses premières amours.

Avec un seul titre d’une douzaine de minutes, cette collaboration reste de courte durée mais promet d’être intense et assez éloignée de l’ambient organique qu’il livrait sur Through Glass. Les premières notes sonnent d’ailleurs l’alarme avec une sorte de sirène de cuivres, une voix plutôt revendicatrice, quelques coups de cymbales préparant la construction d’une rythmique bientôt régulière. The Great Saunites prend donc rapidement le dessus et cette collaboration sera plutôt à classer dans le registre des productions post-rock.
Une musique particulièrement riche, qui gagne en puissance en multipliant les lancements de nappes, drones et crissements, sans parler des improvisations de cuivres nerveux et nasillards. Sur le dernier tiers, nappes, drones et textures de toutes sortes s’organisent pour former un dense magma sonore qui rivalise avec le duo basse-batterie au second plan avant de s’éteindre sur des boucles abandonnées, entièrement gérées par les machines.

On est donc bien loin de l’ambient grésillante d’Attilio Novellino mais ce Radicalisme Mècanique est une très belle pièce post-rock.

Fabrice ALLARD
le 30/12/2015

À lire également

Attilio Novellino
Through Glass
(Valeot Records)