Julien Prévieux : Des corps schématiques

 date

du 23/09/2015 au 01/02/2016

 salle

Centre Pompidou, Espace 315,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Pompidou, Espace 315 / Julien Prévieux

 liens

Centre Pompidou, Espace 315

 dans la même rubrique
du 19/06/2017 au 05/11/2017
Des Mondes Aquatiques #2
(FRAC Aquitaine)
du 01/07/2017 au 01/10/2017
Daniel Dewar & Grégory Gicquel : Le Nu et la Roche
(HAB Galerie)
du 11/11/2016 au 27/08/2017
Stéphane Thidet : Désert
(Abbaye de Maubuisson)
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)

Alors qu’on connait bien ses créations autour du monde du travail (à l’image de sa vidéo, vue à plusieurs reprises, narrant le quotidien d’un géomodélisateur 3D travaillant chez Google Earth, ou de ses Lettres de non-motivation, dont on a récemment pu rendre compte de la mise en scène théâtrale), on était curieux de voir ce que Julien Prévieux allait proposer à l’occasion de la traditionnelle exposition personnelle offerte par le Centre Pompidou, dans son Espace 315, au lauréat du Prix Marcel-Duchamp.

JPEG - 43 ko
Vue de l’exposition

Précisément, pour remporter le Prix, le Français avait produit un film (What shall we do next ?) dans lequel acteurs et danseurs professionnels retraçaient des « gestes du futur », mouvements piochés parmi les gestes effectués pour saisir et utiliser des outils. Des corps schématiques, constituée de six œuvres, poursuit cette veine en tentant de capturer des mouvements et déplacements, pour les transformer ensuite en créations plastiques. Les regards posés sur des cartes postales peuvent ainsi donner naissance à des tracés, réalisés en suivant la pupille du regardeur (Anthologie des Regards), comme les cartes de délits recensés dans le XIVe arrondissement de Paris forment des toiles d’araignées stylisées ou des zones de chaleur colorées (Atelier de dessin - B.A.C. du 14e arrondissement de Paris).

JPEG - 24.2 ko
Vue de l’exposition

Dialoguant plus directement avec le court-métrage de l’an passé, Patterns Of Life filme des danseurs de l’Opéra de Paris qui, munis de lampes, diodes ou engoncés dans des fils, réinterprètent une histoire de la capture des mouvements. Si certaines autres propositions s’avèrent plastiquement réussies, le lien avec leur protocole nous parut plus obscur ; difficile, en effet, d’imaginer comment le déplacement d’un pickpocket ou l’enregistrement des accélérations de l’artiste lui-même peuvent déboucher sur la création de petites sculptures d’aluminium ou de pierre. Revenant aux autres œuvres, on put à la fois constater, de la part de Julien Prévieux, la permanence d’un attachement à ce qui relie les êtres humains (le mouvement supplantant le travail) comme une volonté de se placer dans une logique d’analyste faisant un pas de côté, avec l’ironie et le recul qui fait parfois défaut à ses contemporains.

François Bousquet
le 07/01/2016

À lire également

du 24/09/2009 au 07/11/2009
Raphaël Zarka : Double
(Galerie Édouard Manet)
du 17/06/2009 au 14/09/2009
Laurent Grasso : The (...)
(Centre Pompidou, Espace)
du 13/11/2008 au 09/02/2009
Damián Ortega : Champ (...)
(Centre Pompidou, Espace)
du 02/12/2015 au 14/02/2016
Jusqu’à ce que rien n’arriv
(Maison des Arts)