Ákos Garai

The Imagined River

(Kaon / Metamkine)

 date de sortie

15/02/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Ákos Garai / Field Recordings / Kaon

 liens

Ákos Garai
Kaon

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Nous avons essentiellement parlé de Ákos Garai début 2010, alors qu’il lançait le label 3Leaves dédié à l’ambient et aux field recordings. C’est logiquement dans ce registre que ce situait Pilis et que l’on classera également cet EP publié cette fois chez Kaon, structure française gérée par Cédric Peyronnet (Toy Bizarre). The Imagined River initiait la 4ème saison d’une longue série intitulée "La Rivière". En théorie, une nouvelle production est publiée tous les deux mois au format mini-CD, composée par un artiste différent à chaque fois, avec pour contrainte l’utilisation de field recordings enregistrés par Cédric Peyronnet aux abords du Taurion, une rivière du Limousin, affluent de la Vienne. Parmi les participants à cette série, on notera notamment la présence de Francisco López, Simon Whetham, Frédéric Nogray, D’incise ou encore Freiband.

The Imagined River consiste en une seule pièce d’un petit quart d’heure, débutant par un parfait mélange de nappes linéaires et bruits ambiants, ceux-ci étant essentiellement composés de crépitements avec au second plan l’écoulement d’un ruisseau. Au bout de quelques minutes, cette atmosphère apaisée se voit interrompue par une cassure brutale, quelques fins claquements, et surtout des tintements graves et menaçants, mais très beaux de part la clarté du son de ce que l’on pourrait comparer à un signal d’alarme.

La menace disparait aussi vite qu’elle est arrivée et la vie reprend son cours, celui de cette rivière, voire une cascade, ponctué de longs chuintements qui pourront évoquer une respiration, le souffle de la nature.
Toujours en équilibre entre travail de composition et collage de sonorités ambiantes, Ákos Garai ferme sa boucle en conviant de nouveau ses nappes et drones sur un long final à la fois musical et aquatique.

On regretterait presque la courte durée de la pièce, Ákos Garai parvenant aisément à se renouveler, à changer d’ambiance et donc à maintenir l’attention. Par ailleurs ce disque est d’autant plus réussi qu’il donne envie d’écouter les autres productions de la série !

Fabrice ALLARD
le 20/01/2016

À lire également

Ákos Garai
Pilis
(3Leaves)