Yann Novak

Snowfall

(Dragon’s Eye Recordings / Internet)

 date de sortie

11/02/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Dragon’s Eye Recordings / Field Recordings / Minimal / Yann Novak

 liens

Dragon’s Eye Recordings
Yann Novak

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Yann Novak est le responsable du label Dragon’s Eye Recordings mais c’est la première fois que l’on chronique une de ses productions éditée sur son propre label. A l’image de la structure japonaise Spekk dont nous parlions voici quelques jours, Dragon’s Eye Recordings s’est tu pendant 2 ans, pour finalement être relancé début 2014 via une campagne Kickstarter. Il est donc assez logique que Yann Novak inaugure cette relance qui fut accompagnée du A Ravishment Of Mirror de Pinkcourtesyphone.

Nous l’avons déjà évoqué, Yann Novak est un artiste pluridisciplinaire, qui produit principalement des installations alliant vidéo et musique. Du coup ses albums sont bien souvent des extractions de bandes son réalisées pour ces installations ou performances. Ainsi Snowfall est à la fois le titre de cette performance, de l’album et de l’unique piste qu’il héberge, d’une durée précise de 60mn pour une performance qui durait initialement 6h et durant laquelle le public pouvait aller et venir.
Yann Novak produit une musique particulièrement ambient et minimale avec laquelle il tente d’explorer ici le silence feutré et l’isolement que l’on peut connaître durant une tempête de neige. N’ayant jamais véritablement connu ce type d’événement climatique, on aura peut-être un peu de mal à faire la connexion avec cette musique d’un calme exemplaire qui il est vrai, semble créer un mur entre nous et le monde extérieur, illustrant de fait cet isolement.

La musique de Yann Novak nous avait marqué par son épure, la clarté de ses sonorités, mais il utilise ici des field recordings collectés durant une résidence dans le Wyoming. Du coup l’album démarre par de fins crépitements qui viennent chatouiller l’oreille avant d’être enrobés par une nappe lointaine, une sorte de drone léger qui prend son envol et s’éclaircit au fil du temps. Pendant une heure donc, on se laisse bercer par ces enchainements de tonalités tour à tour linéaires ou ondulantes, limpides ou feutrées qui nous laissent avec un sentiment de vide et d’infini qui colle bien à la pochette. En effet celle-ci est très certainement une photo prise au flash d’une pluie de flocons de neige mais elle peut aisément faire illusion et être comparée à une photo d’un amas stellaire et autres nébuleuses.
Perdu dans cet ensemble de nappes et grésillements, l’auditeur prisonnier n’a plus qu’à se laisse emporter par cette tempête silencieuse qui pourra parfois évoquer la pluie, un chant d’insectes, dans une ambiance qui nous apparaît étrangement très minérale. La magie de ce type de composition réside dans ce mouvement à la fois permanent et imperceptible. Le ton change souvent, que ce soit par la nature des nappes, leur hauteur, le type de field recordings qui les accompagne, mais ces variations sont amenées avec une telle douceur que Snowfall semble n’être qu’un long continuum imperturbable, tour à tour lourd, aérien, sourd, profond ou léger.

Un superbe album qui ravira les amateurs de minimalisme et d’ambient granulaire.

Fabrice ALLARD
le 15/02/2016

À lire également

Mimosa|Moize
Hear One Near and Think of the Other
(Dragon’s Eye Recordings)
Simon Whetham
Prayers Unheard
(Dragon’s Eye Recordings)
Chubby Wolf
Los Que No Son Gentos
(Dragon’s Eye Recordings)
Yann Novak
3 Surfaces
(Reductive Music)