Enrico Malatesta

 date du concert

20/02/2016

 salle

Blockhaus DY10,
Nantes

 tags

Blockhaus DY10 / Enrico Malatesta / set/30’

 liens

set/30’

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Collaborateur régulier des artistes de cette scène électro-acoustique italienne qu’on suit depuis plusieurs années, Enrico Malatesta n’avait pourtant pas encore été évoqué sur ces pages. Venu à Nantes dans le cadre du festival Cable# (manifestation étendue sur quatre jours, dans différentes salles de la capitale régionale, et proposant des musiques majoritairement expérimentales), le musicien était programmé, pour un partenariat entre le festival et l’association set/30’, dans un Blockhaus DY10 qui avait fait largement le plein.

JPEG - 89.8 ko

Assis sur un tabouret, derrière une cymbale et un autre pied de batterie sur lequel était posé un grand tambourin, Malatesta put proposer une large palette des possibilités acoustiques offertes par la conjonction de ces deux supports et d’adjuvants telles des plaques métalliques ou une sorte de pierre ponce. Pour jouer de ces différents ustensiles, l’Italien utilisa tour à tour une baguette, un archet ou une mailloche : l’archet pouvait frotter le plat ou le tranchant de la cymbale, la baguette la frapper pour aussitôt en étouffer la résonance ou encore la mailloche tapoter les plaques métalliques posées sur le grand tambourin.

La peau d’un plus petit tambourin était également mise au contact de la cymbale, comme les plaques métalliques venaient caresser le grand tambourin, dans des jeux de manipulation très visuels, présentant de multiples combinaisons. Des petits morceaux d’aluminium furent même secoués dans l’air, ou frappés sur la cymbale, par Enrico Malatesta, dans un ensemble entièrement joué en direct, sans sample, ni amplification. Il s’ensuit qu’au lieu des sons abrasifs qu’on avait pu imaginer, on se trouva face à des sonorités acoustiques, presque minérales, voire enveloppantes quand l’archet allait et venait sur le tranchant de la cymbale.

François Bousquet
le 25/02/2016