Sima Kim

Ur Silhouette

(BLWBCK / Internet)

 date de sortie

01/03/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electro / Hip-Hop

 appréciation

 tags

Ambient / BLWBCK / Electro / Hip-Hop / Sima Kim

 liens

BLWBCK
Sima Kim

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Sima Kim avait fait l’objet d’une découverte Twitter en 2014, quelques semaines justement après la sortie de ce mini album. Nous connaissions déjà un peu son travail que l’on qualifierait d’ambient aux influences néoclassiques, aussi cette nouvelle production nous avait surpris en se rapprochant notamment de la scène witch house et en signant sur le label BLWBCK.

Dès le morceau titre, la surprise est de taille puisque si Ur Silhouette démarre par des souffles denses, ceux-ci sont vites rejoints par une rythmique lourde, des claquements et quelques variations de tonalités qui finissent par créer un semblant de mélodie, répétitive et envoutante. Mais la véritable surprise, c’est l’apparition de quelques invités qui viennent poser leurs voix, à commencer par Jalal Salaam qui contribue grandement à donner une teinte hip-hop à Then I Could Just Die Today avec son flow scandé sur des nappes d’orgues lumineux et métalliques.
Un peu plus loin, on trouve les gros claps de I’ll Lose Every Single Bet qui accompagne une voix probablement tirée d’ondes radio. Un certain Josué Josué prend le relai dans un style plus chanté mais lui aussi influencé par le hip-hop sur de petits tintements aériens. L’album s’achève sûrement sur le titre le plus marqué par la scène witch house avec le chant grave et glacé du Français Almeeva sur une base assez typique du genre, alliant boite à rythme sèche et mélodies vaporeuses.

L’album est assez équilibré avec 3 titres chantés et 3 instrumentaux qui, par leur dominante ambient et leur durée relativement courte passent malheureusement un peu pour des intermèdes, certes de fort belle facture. Il s’agit en effet des morceaux qui auront notre petite préférence, à commencer par le feutré You Cast Shadow On My Sky aux chœurs envoutants. On sera plus mitigé sur Acknowledge qui manque clairement d’inspiration et joue un peu trop sur la répétition.

Un mini album surprise donc, un virage assez radical qui semble se confirmer puisqu’à l’heure où nous écrivons cette chronique, Sima Kim vient de sortir un nouveau mini album (You Won’t Find my Punchlines Here chez Speaker Footage) aux teintes électro, brutes et expérimentales.

Fabrice ALLARD
le 15/03/2016

À lire également

EUS, Postdrome & Saåad
Sustained Layers
(BLWBCK)