Kyoka

Is (Is Superpowered)

(Raster-Noton / Metamkine)

 date de sortie

05/05/2014

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Glitch / IDM

 appréciation

 tags

Expérimental / Glitch / IDM / Kyoka / Raster-Noton

 liens

Raster-Noton
Kyoka

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Ça doit être effectivement vers 2014 que l’on découvrait Kyoka, en live dans un premier temps grâce au festival La Plage de Glazart. Une soirée que nous n’étions pas très motivé à relater sur ce site, en grande partie en raison d’une appréciation plutôt mitigée de la performance de la Japonaise. C’est donc au travers de l’album qui suivait quelques mois plus tard que l’on parle finalement de cette artiste avec ce qui devait alors être son 4ème album, le premier chez Raster Noton qui conviait Frank Bretschneider et Robbert Lippok aux arrangements.

Certes, pour qui est habitué des productions du label allemand, la musique de Kyoka peut surprendre, notamment de part l’utilisation de sa propre voix, sous forme de bribes vocales ou de samples qui viennent s’intercaler au sein d’une musique essentiellement rythmique. On démarre avec une rapide mise en ambiance à base de coups de basse brute, sèche et de ronronnements qui nous mettent sur les rails d’un Flashback aéré à défaut d’être aérien : chaque coup de percussion est lourd, massif et les quelques sonorités un peu métalliques ne parviennent pas à alléger le propos. Le jeu vocal est dans cette même lignée avec des voix tronquées, syncopées, presque scandées sur un acidulé Lined Up avant qu’un certain Dr. Logic n’y ajoute sa patte hip-hop avec un chant typique du genre. Plus discret, un autre invité (Lone Ranger) fera son apparition un peu plus tard sur Piezo Version Vision mais Kyoka garde la vedette avec un chant que l’on s’attendrait plutôt à trouver sur une production de dance music. La jeune femme joue ainsi sur les contrastes, le décalage entre quelques codes de musiques pop et une électronique expérimentale, ici sous forme d’une IDM lorgnant vers un breakcore industriel. Et puisque l’on en est aux codes d’une certaine pop culture, on citera Meander où le chant de la Japonaise nous rappelle étrangement ce que peut faire Die Antwoord avec son phrasé fluide, là encore marqué par le hip-hop.

Sur la longueur de l’album, on est un peu partagé entre quelques originalités plutôt bienvenues et un certain systématisme sur la forme, en particulier sur une première moitié d’album qui peut lasser avec des titres très répétitifs et une palette sonore assez restreinte même si les basses acides de Rollin & Tumblin permettent de relancer la machine. On pourra ensuite saluer le petit virage funk-house de New Energy Shuffle mais question de sensibilité, nous resterons complètement en dehors de cette proposition, lui préférant largement le cliquetant Toy Planet. Basses feutrées, traitement vocal atypique puis un piano concis, tout en retenu qui finit de nous convaincre. Moonboots est également une belle surprise, aéré et mêlant habilement électronique et acoustique tandis que Mind The Gap est l’occasion de s’essayer au dub.

Un album un peu inégal mais qui s’écoute tout de même avec plaisir quand la jeune femme explore de nouveaux territoires.

Fabrice ALLARD
le 19/04/2016

À lire également

NHK
Unununium
(Raster-Noton)
Alva Noto
Xerrox Vol.3
(Raster-Noton)
Kangding Ray
Cory Arcane
(Raster-Noton)
Vladislav Delay
Kuopio
(Raster-Noton)