Calder

Down

(Nature Bliss / Import)

 date de sortie

16/03/2016

 genre

Rock

 style

Ambient / Post-Rock

 appréciation

 tags

Ambient / Calder / Nature Bliss / Post-Rock / Stafrænn Hákon

 liens

Stafrænn Hákon
Calder
Nature Bliss

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

De Calder on avait le souvenir d’un projet parallèle à Stafrænn Hákon, formation islandaise apparue au début des années 2000 qui avait ses défauts mais savait proposer de belles envolées. À côté de ce groupe, donc, Calder faisait office de variation plus instrumentée et moins contemplative, mais dont les disques ne nous avaient pas particulièrement marqués (nous nous interrogions même, à la fin de notre recension de leur deuxième album, en 2008, sur l’opportunité d’un tel projet). Ce fut, par conséquent, sans vraiment de regret qu’on apprit la mise en sommeil de ce duo jusqu’à ce qu’au détour de pérégrinations sur le net, on fut informé de la parution d’un troisième album du duo.

Arrivés sur Nature Bliss, les Islandais font le choix d’une musique moins ouvertement post-rock, opérant dans un registre davantage tourné vers une forme d’ambient-pop, avec des compositions d’abord écrites à la harpe et ensuite enjolivées grâce à l’apport d’autres instruments (piano, orgue, guitares). Il en résulte un alliage de lignes mélodiques assez aériennes et d’interventions plus denses des six-cordes (Children Of Eve) ou d’une batterie chargée de structurer le tout (Stool). Même logique avec l’ajout de vocalises féminines sur cet ensemble instrumental (Kunderbuffer, Swell).

Ce schéma a peut-être un peu trop tendance à conduire Lárus Sigurðsson et Òlafur Josephsson à aller chercher l’émotion trop facilement, ou tout du moins trop ouvertement, lorsqu’ils (ab)usent des breaks et des moments où une guitare détachée égrène quelques notes avant que les autres instruments ne reviennent en même temps que la rythmique. Néanmoins, et dans la foulée de ce que nous pouvions évoquer il y a une dizaine d’années : cet album de Calder ne s’avère nullement déplaisant, parfaitement adapté pour qui cherche un solide disque de ce style, sans être toutefois prêt à aller vers des rivages plus expérimentaux ou aventureux.

François Bousquet
le 28/04/2016

À lire également

Stafrænn Hákon
Sanitas
(Darla)
Port-Royal
Flared Up
(Resonant)
Stafrænn Hákon
Prammi
(Sound in Silence)
Calder
Lower
(Make Mine Music)