Andrew Tuttle

Fantasy League

(Someone Good / Import)

 date de sortie

18/03/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Andrew Tuttle / Someone Good

 liens

Someone Good

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après avoir sorti plusieurs publications sous le pseudonyme d’Anonymeye, Andrew Tuttle a mis fin à ce projet pour être actif sous son nom propre et faire paraître un second album (consécutif à un autre, diffusé sur cassette l’an passé). Comme sa pochette peut le laisser penser (avec cette photo filtrée, aux teintes de roses, d’une tribune de stade), on se trouve face à une ambient assez lumineuse, la clarté et le caractère aigu des sonorités confinant même à une sorte de psychédélisme un peu tourbillonnant.

C’est ainsi que les couches musicales se superposent, utilisant fréquemment ces éléments semblables aux bruits des rayons lasers dans les films de science-fiction. Plus encore, même quand un banjo est intégré, son traitement lui confère une coloration très voisine, appuyant sur ses aigus et le dotant d’une légère réverbération (Forgotten Username, Injury Crisis). Sensation identique quand une guitare est jouée en finger-picking, l’aspect métallique des cordes tirées est accentué pour correspondre pleinement au propos d’ensemble (Forgotten Password).

Habilement, toutefois, l’Australien sait ne pas se cantonner dans ce registre qui aurait pu, à force, lasser l’auditeur, trop de luminescence pouvant conférer au strident. Ainsi, en milieu de disque, un titre de sept minutes et trente secondes (à mettre en regard des vignettes de deux minutes ou moins qui parsèment par ailleurs l’album), met en place des composantes un peu plus sourdes et des développements moins tournés vers l’aérien (Public League). Salutaire havre un peu plus grave au milieu de morceaux pouvant avoir tendance à se faire presque perçants, ce titre dit aussi la cohérence de la proposition constituée par Fantasy League, album très bien construit et maîtrisé.

François Bousquet
le 04/05/2016

À lire également

FilFla
FlipTap
(Someone Good)
Ytamo
Mi Wo
(Someone Good)
aus
Light In August, Later
(Someone Good)
Lullatone
The Bedtime Beat
(Someone Good)