Ocoeur

Reversed

(n5MD / Import)

 date de sortie

25/03/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / n5MD / Néo-Classique / Ocoeur

 liens

n5MD
Ocoeur

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Déjà, à l’été 2014, lors de la recension d’A Paralled Life, précédent long-format d’Ocoeur, on soulignait qu’à la différence d’autres musiciens, c’est avec un grand plaisir qu’on retrouvait rapidement le Français, capable de livrer des disques à une fréquence assez soutenue. On pourrait reprendre mot pour mot cette réflexion en ce printemps 2016, d’autant plus que Franck Zaragoza opte ici pour un positionnement musical bien éloigné de l’electronica qu’il affectionnait sur la majeure partie de ses sorties antérieures.

Le morceau d’ouverture nous laisse imaginer, à ce titre, une série de pièces néo-classiques, interprétées au piano solo, avec tous les risques que ce style représente et sur lesquels nous nous lamentons régulièrement. Fort heureusement, Ocoeur ne reste nullement dans ces canons et introduit immédiatement un arrière-plan granuleux, quelques souffles, des petites touches sonores électroniques, plusieurs samples de cordes, voire des rythmiques vaporeuses (Timeless, Progression). La volonté de proposer des titres au tempo ralenti, quasi-engourdis et épurés permet d’appréhender différemment la carrière du Français, qu’on avait tendance à imaginer, notamment au vu des salles et des contextes où il se produisait, comme voulant se cantonner à une musique plus efficace, presque centrée sur les clubs.

Avec ce pas de côté, cette manière de prendre son auditoire à rebours (ou à la renverse, pour faire le lien avec l’intitulé de l’album), Ocoeur se fait à la fois plutôt émouvant et assez réflexif, le conduisant dans des circonvolutions jamais trop sombres mais néanmoins denses. Plus encore, on a l’impression que les éléments se mettent en place progressivement, comme si le disque continuait de se construire pendant son écoute même, jusqu’à arriver à Reverse Yourself et Gionis, probables sommets de l’album, situés en huitième et neuvième positions (pour dix pistes, en tout). Avec sa combinaison de lentes rythmiques à la juste saturation, de quelques lignes chromatiques semblant dégringoler délicatement et de nappes pas trop appuyées, le premier nommé se fait caressant tandis que le second agit davantage par bribes sonores, fragments fragiles et cristallins.

François Bousquet
le 20/05/2016

À lire également

Crisopa
A Lucid Dream Kit
(n5MD)
Near The Parenthesis
L’Eixample
(n5MD)
Port-Royal
Where Are You Now
(n5MD)
Near The Parenthesis
Helical
(n5MD)