Le Perche Oreille

Méta-Féeries

(Kaometry Records / Internet)

 date de sortie

30/06/2014

 genre

Electronique

 style

Breakcore / IDM

 appréciation

 tags

Breakcore / IDM / Kaometry Records / Le Perche Oreille

 liens

Le Perche Oreille
Kaometry Records

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Cela fait très longtemps que l’on connait le label Kaometry Records mais nous n’en avons jamais parlé, soit par manque de temps dans un planning de sorties un peu trop dense, soit parce que certaines de leurs productions sont un peu plus éloignées de notre ligne éditoriale. En effet les productions de Kaometry sont plutôt éclectique, allant de l’ambient à la techno hardcore. Nous avons donc décidé de prendre un peu de temps pour s’y attarder et on pensait idéalement faire cette découverte via l’une de leurs compilations Nerves of Time (3 volets publiés à ce jour en 2010, 2014 et 2015). C’est finalement avec ce mini-album que l’on aborde le label : un joli nom d’artiste qui donne le sourire et une musique que l’on qualifiera d’electronica/IDM empruntant beaucoup de choses au breakcore.

Certes la rythmique de La Grande Ecstase ISO-8859-1 est plutôt syncopée, mais les tonalités légères et lumineuses esquissent une superbe mélodie qui contraste à merveille avec la lourdeur des percussions. Ça fonctionne à merveille, sous la forme d’une IDM punchy mais aussi sautillante alors que les mélodies illustrent parfaitement l’ambiance féérique suggérée par le titre de l’album. Une combinaison breakbeats/conte de fée qui en soit est déjà d’une belle originalité !
Ce n’était qu’une mise en bouche puisque le son se durcit petit à petit. Ainsi on retrouve les codes du genre sur Rocéphine En I.M avec roulements de basse et crissements tandis que les éléments mélodiques se voient malmenés : sonorités tronquées, hachées, brouillées même si la petite mélodie de harpe qui sert de conclusion se révèle être une drôle de surprise. Le rythme de croisière est atteint avec Puissant Ramdam Tragico-Cliché, véritablement breakcore mais sans oublier d’être mélodique. C’est d’ailleurs ce titre qui est repris en fin d’album pour un joli travail de remixage assuré par M.E.R.S..

Ce que l’on aime bien avec Le Perche Oreille, c’est qu’il évite tout systématisme et parvient sans cesse à nous surprendre, par exemple en ralentissant le tempo sur Méta-Féerie ou encore Le Geste De Yueh. Le style est plus coulé, on pense même à du dub sur l’intro de Méta-Féerie et si les percussions dégringolent à toute vitesse, elles ne prennent pas pour autant le dessus sur les mélodies. On pense presque à de l’electronica avec le second et ses piaillements mélodiques pleins de douceur, son break ambient à base de chants d’insectes, et son final à base d’un instrument à cordes frappées.
Le titre laisse peu de doute, le disque s’achève sur un Discorde tendu, sec, laissant cette fois la place à des espèces de crissements et tonalités acidulées.

Si le breakcore ne fait plus vraiment partie de notre quotidien, on a pris un grand plaisir à écouter cet album qui est une jolie combinaison des genres. Un style très particulier, pour ne pas dire difficile, rendu abordable.

Fabrice ALLARD
le 09/06/2016