Melmac

 date du concert

07/06/2016

 salle

Pop In,
Paris

 tags

Melmac / Pop In

 liens

Melmac

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Fidèles à l’habitude prise il y a deux ans, les musiciens de Melmac nous avaient donné rendez-vous, pour le début de l’été, dans le sous-sol du Pop In. C’est donc entouré d’une dizaine de personnes qu’on assista à une nouvelle prestation du quatuor, quelques mois après celle donnée aux Instants Chavirés. Si cette dernière s’était avérée assez courte et constituée de morceaux plutôt écrits, celle de ce soir s’inscrivit davantage dans la démarche improvisée du groupe, s’offrant le temps et la possibilité d’évoluer librement, au gré des envies de l’un ou de l’autre.

Dans leur configuration maintenant traditionnelle (mais avec des vêtements blancs pour seulement la moitié d’entre eux), les Parisiens livrèrent un set d’environ trois-quarts d’heure marqué par une capacité à évoluer dans différents registres musicaux. Ainsi, ils purent passer d’une intro presque doom (avec des notes de basse bien lourdes lâchées par un Luc Reverter muni d’onglets, ou les accords plombés proposés par son frère Nicolas) à des envolées plus free lorsque Quentin Rollet opéra en solo avec son saxophone sopranino, relayé par le jeu de batterie de Jean-Yves Davillers. Des incursions expérimentales étaient également sollicitées quand Luc ajoutait des triturations électroniques ou lorsque Nicolas Reverter utilisait à fond son rack de pédales.

Au-delà de ses interventions précitées, Quentin Rollet se distingua par une participation qui nous sembla plus variée que par le passé ; de fait, il put user de sa pédale wah-wah pour donner à ses sonorités un aspect de vocalises plutôt lugubres, travailler sur les souffles détimbrées de ses saxophones ou même les laisser de côté pour manipuler un petit boîtier relié à son enceinte et produisant de mini-larsens. Comme pour illustrer définitivement notre propos, le concert se termina par deux morceaux suffisamment dissemblables pour établir la capacité de Melmac à appréhender un large spectre : un titre presque math-rock (batterie métronomique avec frappes répétées sur la caisse claire, accords réguliers de guitare) enchaînés avec une pièce de post-rock quasi-alangui, bercée par les arpèges d’une six-cordes.

François Bousquet
le 08/06/2016

À lire également

02/06/2014
Melmac
(Pop In)
Melmac
00:20:37
(PerversionMécanique)
30/06/2004
Domotic / Melmac / (...)
(Guinguette Pirate)