New Rome

Nowhere

(Room40 / Import)

 date de sortie

20/05/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / New Rome / Room40 / Tomasz Bednarczyk

 liens

Tomasz Bednarczyk
Room40
New Rome

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

De Tomasz Bednarczyk, on avait le souvenir lointain d’un album paru en 2009 sur 12k, qui se partageait en deux volets ambient : le premier lumineux et le second plus sombre. Après ses trois premiers longs-formats publiés en 2008 et 2009, le Polonais s’était réorienté vers une forme de deep house sur laquelle on ne l’avait pas suivi, avant de fonder le duo Venter. Retour à ses premières amours (aussi bien en termes musicaux que de label, puisque c’est Room40 qui l’accueille, comme à ses débuts) avec Nowhere, disque qu’il offre néanmoins sous le pseudonyme de New Rome, autre indice d’un nouveau départ.

Nouveau départ mais, on l’a indiqué, retour à un style précédemment foulé car Bednarczyk livre ici trente-cinq minutes d’ambient, jouant sur les nappes et leur caractère lumineux, introduisant quelques ondulations et travaillant sur l’opposition entre la profondeur de certaines textures et le caractère plus aigu de quelques éléments. Il en découle une coloration légèrement psyché de plusieurs pistes, juste assez présente pour exister mais jamais trop envahissante (Cat, Turpentine. Il en va de même avec les rythmiques puisqu’il faut attendre Beginning, quatrième morceau de Nowhere pour qu’un semblant de pulsation apparaisse, montant progressivement en puissance au long de cinq minutes et trente secondes du titre, mais constamment contenue dans un registre non agressif.

À certains endroits, néanmoins, le Polonais se fait moins pertinent, par exemple lorsqu’il sollicite des nappes de synthé démesurément « baveuses » (Voyage). Mais cela relève de l’anecdotique au sein d’un ensemble tout à fait convaincant, fait aussi bien de moments plus épurés (le morceau-titre ou Tumble) que de pistes plus riches, et qui, assurément, constitue une re-connection fort bienvenue.

François Bousquet
le 11/07/2016

À lire également

Rafael Anton Irisarri
A Fragile Geography
(Room40)
John Chantler
Even Clean Hands Damage The Work
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Moon Light Reflecting Over Mountains
(Room40)
Chris Abrahams
Memory Night
(Room40)